Au Pérou, des drones pour observer cultures et sites archéologiques

le
0
Au Pérou, des drones pour observer cultures et sites archéologiques
Au Pérou, des drones pour observer cultures et sites archéologiques

Les drones, avions télécommandés le plus souvent utilisés pour surveiller et bombarder des zones de conflit, se révèlent très utiles au Pérou pour observer les exploitations agricoles et même parfois pour faciliter les recherches archéologiques.A première vue, les drones exploités au Pérou ressemblent à de simples appareils de modélisme améliorés. Certains sont télécommandés, mais d'autres évoluent de manière autonome grâce à des programmes informatiques ad hoc. Ils peuvent voler entre 40 et 60 minutes et parcourir ainsi jusqu'à 50 km."Les appareils sont de petite taille, équipés de caméras et d'appareils photo de haute précision et passent quasiment inaperçus dans le ciel", explique à l'AFP Andres Flores, ingénieur électronique et responsable du Groupe de système d'avions sans pilote de l'Université pontificale catholique du Pérou (PUCP), qui participe activement au développement de drones à usage civil."Nous sommes parvenus à mettre en oeuvre des applications dans le domaine agricole". Ainsi, dans de nombreuses grandes exploitations, les drones "collectent des informations sur l'état des plants", explique-t-il."Dans l'agriculture, les drones permettent d'observer une plus grande surface de cultures pour estimer la santé des plants et leur croissance. Les appareils photos dont les drones sont équipés fournissent 500 données (...) là où l'oeil humain n'en perçoit qu'à peine 10", assure Hildo Loayza, un physicien spécialisé dans l'utilisation de drones pour l'agriculture au Centre international de la Papa, à Lima. Selon lui, la précision de ces images permet de "mesurer la lumière et de repérer les maux des cultures tels que le stress lié à la chaleur, à la sécheresse ou au manque de nutriments".De même, les drones sont aujourd'hui utilisés dans le pays andin pour cartographier des sites archéologiques et "mieux connaître les caractéristiques de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant