Au Pakistan, l'e-commerce fleurit malgré l'absence d'Amazon

le
0
Au Pakistan, l'e-commerce fleurit malgré l'absence d'Amazon
Au Pakistan, l'e-commerce fleurit malgré l'absence d'Amazon

Pour Shayaan, tout a commencé par une commande rejetée sur Amazon. Frustré de voir le géant américain du commerce en ligne lui refuser la livraison d'un iPod au Pakistan, le jeune homme a fondé son propre site pour devenir l'un des pionniers de l'e-commerce au "pays des purs", aujourd'hui en plein essor malgré l'absence des titans du web.C'était il y a sept ans. Comme des milliers d'autres jeunes Pakistanais, Shayaan Tahir travaillait dans un centre d'appels de Karachi, grouillante et instable métropole économique sur la mer d'Arabie.Il épargne pour acheter un iPod, mais sa commande est bloquée. Un cousin aux Etats-Unis finit toutefois par lui envoyer trois appareils. Shayaan en garde un et vend les deux autres via les petites annonces. C'est alors qu'une idée germe: tirer profit de l'absence d'un site dédié d'Amazon pour le Pakistan, pays de près de 200 millions d'habitants délaissés par les leaders du commerce en ligne."Je me suis dit: +Si je peux faire la même chose plusieurs fois par jour avec un plus grand nombre de produits, je pourrai vivre de ça+", confie l'entrepreneur aujourd'hui âgé de 29 ans. "J'ai réalisé qu'il y avait d'autres personnes comme moi qui ne pouvaient commander sur Amazon": encore aujourd'hui, le géant américain de l'e-commerce ne peut livrer que certains articles au Pakistan, par exemple via son site britannique, et après parfois une longue attente. Shayaan lance modestement homeshopping.pk, un site de commerce en ligne qui revendique aujourd'hui 500 transactions par jour pour 65 employés. Les produits sont livrés en 24 heures à travers le Pakistan, payés principalement en liquide à la livraison car l'écrasante majorité de la population n'a pas de carte de crédit au pays, ou depuis peu par un nouveau service de transfert bancaire. - Objectif 100 millions de clients - Et malgré quelques imbroglios sécuritaires ou refus de payer l'article une fois livré à la maison, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant