Au Pakistan, Clinton manie la carotte et le bâton

le
0
La secrétaire d'État demande à Islamabad de taper fort sur les militants islamistes.

Tout en affirmant qu'ils n'ont nullement l'intention d'envoyer des troupes au Pakistan, les États-Unis continuent leur guerre de l'ombre dans les Zones tribales pakistanaises. En y éliminant les insurgés qui profitent de ces sanctuaires pour lancer des attaques contre l'Otan en Afghanistan, Washington vise indirectement l'establishment militaire pakistanais qui les soutient, voyant en eux de «bons talibans». En clair, des terroristes qui ne menacent pas le Pakistan. Peu importe s'ils sont liés à al-Qaida, comme les cinq commandants talibans qui ont trouvé la mort, jeudi, sous les tirs d'un drone américain au Waziristan du Sud. Ils ont été fauchés dans leur véhicule par quatre missiles tirés d'un avion sans pilote venu d'Afghanistan.

Tous étaient au service du mollah Nazir, un protégé de l'armée pakistanaise. L'attaque a notamment tué Omar Nazir, le plus jeune frère du mollah. C'est lui qui dirigeait les opérations du groupe en Afghanistan, ont indiqué des responsa...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant