Au nom de la Rose

le
0
Au nom de la Rose
Au nom de la Rose

Longtemps, Tottenham n'a pas cru en lui. Longtemps, Danny Rose a marché dans l'ombre et l'indifférence générale à Londres. Mais sous l'impulsion de Mauricio Pochettino, le latéral gauche anglais a fait taire les sceptiques pour devenir aujourd'hui ce qui se fait de mieux à son poste au Royaume.

Il n'y a peut-être pas de scène plus appropriée pour s'annoncer à Londres. Une douce nuit de printemps 2010, un White Hart Lane entièrement garni et, surtout, le 146e North London Derby de l'histoire en championnat. Sur la pelouse, Gareth Bale, Luka Modrić ou Samir Nasri se disputent la lumière. Mais c'est un gamin, même pas encore vingt ans et qui fête alors sa première apparition en Premier League, qui exaltera la foule. D'une volée aussi soudaine que splendide, Danny Rose soigne ses présentations avec le Royaume après seulement dix minutes de jeu. Sky Sports l'élira même comme la plus belle réalisation de l'exercice 2009-2010. Au terme de la rencontre, Tottenham s'impose face à son rival honni d'Arsenal (2-1) qui, par la même occasion, dit adieu à ses derniers rêves de titre.


Évidemment, dans la foulée, les louanges chantées ne sont réservées qu'au héros du jour. Le Telegraph saluera le lendemain comme il se doit celui qui "est devenu le temps d'un instant un héros culte pour les Spurs". Harry Redknapp, lui, confiera sa joie tout en tenant à ne pas tomber dans l'euphorie : "C'est un but magnifique, incroyable. Il a un bon pied gauche et ne cesse jamais de courir. Danny est un bon petit joueur, mais je n'aimerais pas en dire beaucoup plus pour l'instant ". Le manager anglais visait juste. L'histoire devait s'écrire. Se mettre en marche à grande vitesse. Mais elle aura finalement été plus poussive et les chemins empruntés moins linéaires que prévus.

https://www.youtube.com/watch?v=ibSqYaGTt8Y

Doutes encombrants et prêts successifs


L'Angleterre a découvert Danny Rose avec le maillot des Spurs sur les épaules. C'est toutefois à Leeds que l'enfant de Doncaster a tracé les premières lignes de son parcours. Sans parvenir à se mettre en évidence. Arrivé à quinze ans chez les Peacocks, il plie bagages seulement deux ans plus tard. Avec une seule apparition sur le banc

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant