Au Nigeria, on peut désormais lire la Bible en langue locale sur son portable

le
0
Au Nigeria, on peut désormais lire la Bible en langue locale sur son portable
Au Nigeria, on peut désormais lire la Bible en langue locale sur son portable

Dans les rues de Lagos et dans tout le sud du Nigeria, très croyant, il n'est pas rare de croiser des passants avec une Bible reliée dans une main et un téléphone portable dans l'autre.Mais le livre sacré, dans sa version papier, a désormais un concurrent de taille sur l'un des marchés de téléphonie mobile les plus dynamiques de la planète: une application gratuite pour smartphone, qui propose la Bible dans les quatre langues les plus parlées du Nigeria.Son inventeur, Kayode Sowole, a tout juste 25 ans et il est étudiant en ingénierie informatique à l'Université de Lagos."Avec cette innovation (...) plus besoin d'emmener sa Bible à l'église", se réjouit M. Sowole. "On peut l'avoir dans la langue locale de son choix sur son téléphone".Il existe donc des versions de l'Ancien et du Nouveau Testament en Yoruba, Haoussa et Igbo, ainsi que le Nouveau Testament en Pidgin, un dialecte dérivé de l'anglais très répandu au Nigeria.La Bible est traduite en Yoruba, Haoussa et Igbo depuis l'arrivée des premiers missionnaires au Nigeria au XIXe siècle, mais la traduction du Nouveau Testament en pidgin n'a été dévoilée par l'association des chrétiens du Nigeria que l'année dernière. - Inspiré par Facebook - M. Sowole a pour mentor le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg."Zuckerberg est mon héros, c'est de lui que vient toute mon inspiration", affirme-t-il.L'application, sur laquelle M. Sowole a commencé à travailler en avril de l'année dernière, est disponible depuis octobre.Un des passages les plus connus de la Bible, dans l'Evangile selon Saint Jean, dit: " Dieu a tant aimé le monde qu?il lui a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle".En pidgin nigérian, cela donne: "Bikos God luv di pipol wey dey dis wold wel-wel, E kon send di onli pikin wey E get to us, so dat enibodi wey biliv am, nor go die, bot e go get life wey nor ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant