Au moins neuf morts dans un attentat contre l'Onu en Somalie

le
0

(Actualisé avec revendication des Chabaab, précisions de l'Unicef) MOGADISCIO, 20 avril (Reuters) - Deux Kényans et sept gardes somaliens ont été tués lundi dans un attentat à la bombe contre un minibus transportant du personnel employé par les Nations unies dans la région du Puntland, dans le nord-est de la Somalie, a-t-on appris auprès de la police locale. La bombe a explosé au passage du véhicule dans la ville de Garowe. Les islamistes d'Al Chabaab ont revendiqué l'attentat. "Nous sommes derrière l'attaque de Garowe", a dit cheikh Abdiasis Abou Moussab, porte-parole des opérations militaires du mouvement islamiste armé. Dans un communiqué diffusé à Nairobi, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) précise que quatre de ses employés en Somalie ont péri dans l'explosion. Quatre autres ont été grièvement blessés. Les victimes sont de nationalités diverses, mais l'Unicef ne les a pas précisées, le temps de prévenir les familles. Les islamistes ont visé à plusieurs reprises des représentants de l'Onu en Somalie, principalement dans la capitale, Mogadiscio. Nicholas Kay, représentant spécial de l'Onu pour la Somalie, a dénoncé cet attentat et s'est dit "choqué et consterné par ces pertes humaines". Les miliciens Chabaab ont perdu le contrôle de Mogadiscio en 2011 et ont été évincés de la plupart de leurs derniers bastions lors de l'offensive commune lancée l'an dernier par la force de l'Union africaine et l'armée somalienne. Mais ils ont démontré depuis qu'ils avaient toujours la capacité de frapper en territoire somalien. Dimanche, dans le sud du pays, ils ont attaqué un convoi de l'AMISOM, la force de maintien de la paix de l'Union africaine, blessant au moins trois personnes et brûlant deux véhicules. (voir ID:nL5N0XG0DO ) Fin mars, leur attaque contre un hôtel de Mogadiscio a fait 14 morts. Les Chabaab sont également actifs au Kenya voisin, où ils ont revendiqué le massacre du 2 avril sur le campus universitaire de la ville de Garissa, tuant 148 personnes, des chrétiens pour la plupart. Ils avaient déjà opéré au Kenya, notamment lors de l'attaque du Westgate Mall, un centre commercial de Nairobi, la capitale, où 67 personnes ont perdu la vie en septembre 2013. (Abdiqani Hassan et Feisal Omar avec Drazen Jorgic à Nairobi; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant