Au moins cinq morts en marge de manifestations à Damas et Alep

le
0
Au moins cinq morts en marge de manifestations à Damas et Alep
Au moins cinq morts en marge de manifestations à Damas et Alep

DAMAS (Reuters) - Les forces syriennes ont tué au moins cinq personnes vendredi en ouvrant le feu sur des manifestations d'opposants au régime de Bachar al Assad à Damas et Alep, rapportent des activistes.

Ces violences sont intervenues en dépit du cessez-le-feu théoriquement entré en vigueur le 12 avril dernier.

Selon des militants de l'opposition, le bilan à Damas est de trois morts lors d'une manifestation dans le quartier de Kfar Souseh. Un adolescent a en outre perdu la vie dans le quartier de Tadamun.

A Alep, dans le nord, une personne a été tuée.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), trois autres personnes ont été tuées dans la nuit de jeudi à vendredi et, en incluant les violences de jeudi à Alep, l'organisation basée en Grande-Bretagne avance un bilan de plus de 20 morts au cours des dernières vingt-quatre heures.

A Genève, le porte-parole de Kofi Annan a déclaré à la mi-journée que le plan de paix de l'émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe était à l'oeuvre, même s'il faudra du temps pour résoudre la crise.

"Je dirais que le plan Annan est à l'oeuvre et qu'une crise qui dure depuis plus d'un an ne se résoudra pas en une journée ou une semaine", a déclaré Ahmad Fawzi."Il y a de petits signes de respect" du plan, a-t-il ajouté.

Le plan en six points de l'émissaire comprend un cessez-le-feu, le déploiement d'observateurs et un libre accès au pays pour les journalistes et les organisations humanitaires.

Une cinquantaine d'observateurs et collaborateurs civils sont aujourd'hui déployés en Syrie.

La répression du soulèvement qui a éclaté en mars 2011 contre le président Bachar al Assad a fait plus de 9.000 morts, selon les Nations unies. Damas affirme que des "groupes terroristes" soutenus par l'étranger sont responsables de la mort de 2.600 militaires et policiers.

Kofi Annan informera mardi prochain le Conseil de sécurité des Nations unies de la situation en Syrie.

Mariam Karouny; Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant