Au moins 44 morts dans des affrontements en Egypte

le
0
AFFRONTEMENTS MEURTRIERS EN ÉGYPTE
AFFRONTEMENTS MEURTRIERS EN ÉGYPTE

par Yara Bayoumy

LE CAIRE (Reuters) - Au moins 44 personnes ont été tuées dimanche en Egypte à l'occasion de manifestations concurrentes de partisans et d'adversaires de l'ancien président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, ont annoncé une source des forces de sécurité et l'agence officielle Mena.

Bravant l'interdiction des autorités, les partisans des Frères musulmans ont organisé des rassemblements dans plusieurs villes, notamment à Alexandrie, deuxième ville du pays, et au Caire, où des milliers d'entre eux ont approché la place Tahrir, sur laquelle se tenait un rassemblement de soutien au gouvernement, mis en place par l'armée.

Les partisans de Mohamed Morsi ont scandé "Le coup d'Etat, c'est du terrorisme" et "Sissi est un assassin", en référence au général Abdel Fattah al Sissi, à l'origine de la déposition du président islamiste le 3 juillet, et considéré par les Frères musulmans comme le responsable de la répression meurtrière menée à la mi-août contre la confrérie.

Les autorités égyptiennes avaient lancé samedi une sévère mise en garde aux Frères musulmans, soulignant que tout participant à une manifestation contre l'armée dimanche, jour anniversaire de l'offensive du Kippour en 1973 contre Israël, serait considéré comme un agent de l'étranger.

Le ministère de l'Intérieur a décrit les heurts de dimanche comme une tentative de "gâcher les célébrations et provoquer des dissensions au sein du peuple". Il a précisé que 30 personnes avaient trouvé la mort dans les gouvernorats voisins du Caire et de Gizeh, et que 423 arrestations avaient été effectuées.

"Nous demandons à toutes les organisations de défense des droits de l'homme de condamner les crimes commis aujourd'hui", a déclaré de son côté le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), branche politique des Frères musulmans. "Nous demandons une enquête internationale sur les crimes d'aujourd'hui."

PLUS VIOLENTS HEURTS DEPUIS AOÛT

A Alexandrie, les forces de sécurité ont dispersé une manifestation en faveur des Frères à l'aide de grenades lacrymogènes, et des manifestations similaires ont eu lieu ailleurs dans le pays, notamment à Suez et Assouan.

L'agence officielle Mena a par ailleurs annoncé que les autorités avaient arrêté 25 membres des Frères musulmans, munis d'une cinquantaine de grenades, lors d'affrontements dans le Delta du Nil.

Les violences qui se déroulent depuis la mort de quatre personnes vendredi sont d'une ampleur sans précédent depuis le 14 août, date à laquelle deux campements de partisans de l'ancien président Mohamed Morsi, déposé par l'armée début juillet, avaient été violemment démantelés au Caire.

La télévision égyptienne a diffusé dimanche après-midi des images de la place Tahrir au Caire et d'Alexandrie où l'on voit la foule qui brandit des portraits du chef d'état-major de l'armée, le général Abdel Fatah al Sissi, et qui agite des drapeaux égyptiens.

Elle a également retransmis une cérémonie organisée dans l'un des principaux stades de la capitale, celui du 30 juin, où étaient présents Abdel Fattah al Sissi et Adli Mansour, le président par intérim.

La répression actuellement menée contre les Frères musulmans est l'une des plus violentes subies par la confrérie depuis sa création il y a 85 ans. Des centaines de ses partisans ont été tués par les forces de l'ordre et nombre de ses dirigeants sont en prison.

Avec Yasmine Saleh, Maggie Fick, Hadeel Al-Shalchi et Omar Fahmy; Pascal Liétout et Julien Dury pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant