Au moins 42 morts dans un attentat suicide à Sanaa

le
0

(Actualisé tout du long) SANAA, 9 octobre (Reuters) - Un attentat suicide a fait jeudi au moins 42 morts dans le centre de Sanaa, la capitale du Yémen, ont déclaré des sources médicales et des témoins. Un journaliste de Reuters a compté au moins 20 cadavres à la suite de cet attentat commis sur la place Tahrir, dans une partie de la capitale yéménite contrôlée par les chiites Houthis. Ces derniers se sont emparés de Sanaa le 21 septembre et refusent depuis lors de se retirer de la capitale, malgré la signature d'un accord avec le président Abd-Rabbou Mansour Hadi prévoyant qu'ils participent au gouvernement. Des sources médicales ont par la suite déclaré que le bilan s'élevait à 42 morts, dont plusieurs enfants. Elles ont précisé que le bilan pourrait s'alourdir alors que plusieurs blessés, transportés dans quatre hôpitaux de la capitale, étaient dans un état grave. Un policier chargé de la protection d'une agence bancaire proche la place Tahrir a déclaré qu'un homme portant apparemment une ceinture d'explosifs s'était approché d'un barrage tenu par des combattants Houthis. "Il s'est ensuite fait exploser au milieu du personnel de sécurité (houthi) et des simples passants", a dit ce policier à Reuters. Un attentat à la voiture piégée et une attaque armée ont en outre été menés contre une base militaire dans l'est du Yémen, tuant au moins 20 soldats, rapporte l'agence de presse officielle Saba. L'attentat commis à Sanaa a eu lieu quelques heures après la démission du Premier ministre Ahmed Aouad bin Moubarak, la milice chiite des Houthis ayant appelé à des manifestations contre sa nomination. Le nouveau chef du gouvernement a annoncé sa décision sur Facebook 33 heures après l'annonce de sa nomination par le président Abd-Rabbou Mansour Hadi. Ces attentats n'ont pas été revendiqués mais ils semblent porter la marque d'Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). Al Qaïda a affirmé dans une vidéo postée dimanche sur Twitter avoir enlevé et exécuté 14 soldats yéménites. Les images, non datées, montrent des islamistes masqués en train d'arrêter un autocar dans la ville de Shibam, dans l'est du pays, et de forcer ses occupants à se coucher à plat ventre sur le sol. (Mohammed Ghobari; Bertrand Boucey et Clémence Apetogbor pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant