Au moins 42 morts dans des manifestations en RDC - FIDH

le
0

(Actualisé, communiqué de l'Eglise catholique) KINSHASA, 21 janvier (Reuters) - Au moins 42 personnes ont été tuées depuis lundi en République démocratique du Congo (RDC) lors de manifestations contre un projet de révision de la loi électorale susceptible d'entraîner le report de l'élection présidentielle de 2016, affirme mercredi la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH). Le gouvernement de Kinshasa, pour sa part, fait état d'un bilan de 15 morts, pour la plupart des pillards abattus par des vigiles privés. D'après Paul Nsapu, secrétaire général de la FIDH pour l'Afrique, la majorité des victimes ont été tuées alors qu'elles participaient aux manifestations politiques. Les heurts se sont poursuivis mercredi pour le troisième jour consécutif, la police tirant des grenades lacrymogènes afin de disperser les manifestants rassemblés sur le campus de l'université de Kinshasa et dans trois autres secteurs de la capitale. Dans le quartier central de Matete, un témoin a rapporté que les forces de sécurité avaient tiré à balles réelles sur les protestataires, qui ont érigé des barricades de pneus enflammés et lancé des pierres sur les policiers. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a fait état de onze morts mardi lors des violences et de quatre autres le jour précédent. L'opposition, elle, parle d'au moins 13 morts lundi. Lambert Mende a précisé que des vigiles privés avaient abattu dix civils qui participaient mardi à des pillages et a fait état d'un mort parmi les policiers. "Nous n'avons constaté aucune manifestation près du Parlement (...) Il s'agissait uniquement de pillage, d'extorsion, de destruction et de vandalisme", a-t-il souligné. L'archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Mosengwo Pasinya, a critiqué mercredi dans un communiqué toute tentative de repousser l'élection présidentielle. "Nous désapprouvons et condamnons toute révision de la loi électorale qui viserait (...) à repousser illégalement la tenue des élections de 2016", a-t-il dit, reprochant à certains hommes politiques et membres des services de sécurité d'attiser la violence. "Nous condamnons ces actes qui ont provoqué des morts et nous lançons un appel urgent: arrêter de tuer les vôtres, ne marchez pas sur les corps de vos compatriotes." La réforme proposée par le gouvernement prévoit un recensement de la population avant l'élection présidentielle. Pour l'opposition, il faudra des années pour mener à bien cette opération, ce qui signifie donc un report du scrutin et le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila. Ce projet, approuvé samedi dernier par la Chambre basse du Parlement, doit être présenté au Sénat jeudi. Joseph Kabila est arrivé au pouvoir après l'assassinat de son père en 2001. Il a remporté en 2006 et 2011 des élections présidentielles très disputées. La Constitution lui interdit de briguer un troisième mandat. (Aaron Ross,; Nicolas Delame et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant