Au moins 3 morts dans des explosions à Alep et à Damas

le
0
Au moins 3 morts dans des explosions à Alep et à Damas
Au moins 3 morts dans des explosions à Alep et à Damas

DAMAS (Reuters) - Une explosion a fait plusieurs morts samedi dans la banlieue d'Alep, dans le nord de la Syrie, et deux autres ont secoué le centre de Damas, selon l'agence Sana et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'agence de presse officielle syrienne a annoncé samedi que trois personnes, dont un enfant, avaient été tuées, et 21 autres blessées dans un attentat à la voiture piégée à Alep, la deuxième ville du pays.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) fait quant à lui état de cinq morts.

L'explosion s'est produite dans un lave-auto du quartier de Tal Al Zarazir, l'un des faubourgs les plus pauvres de la deuxième ville du pays, selon l'OSDH.

Un membre de l'Armée syrienne libre (ASL) a revendiqué l'attentat, expliquant à des journalistes de Reuters basés à Beyrouth que le lave-auto était utilisé par des membres d'une milice pro-Assad.

"Nous avons posé une bombe à l'intérieur d'une voiture", a déclaré Ali al Halabi, accusant le propriétaire du lave-auto d'avoir violé une femme devant son mari. "Je me suis rendu sur les lieux après et j'ai vu sept corps et beaucoup de blessés", a-t-il ajouté.

Alep a été jusqu'ici épargnée par la violence, mais l'attaque de manifestants hostiles au régime par des membres des services de sécurité syriens et des étudiants armés de couteaux a fait quatre morts jeudi dans l'université de la ville.

A Damas, deux explosions ont secoué samedi matin une route située dans le centre de Damas, détruisant neuf voitures, dans le quartier de Charia al Saouara. On ne signale pas de victimes.

Des journalistes de Reuters ont vu des minibus endommagés et un taxi jaune fracassé enlevé un peu plus tard de la zone de l'explosion. "Nous avons entendu une forte explosion", a déclaré un habitant du quartier voisin de Souk Sarouja. "Les forces de sécurité barrent maintenant l'accès."

"Nous voulons montrer aux journalistes étrangers en Syrie que Damas ne reste pas silencieuse pour gêner le régime", a déclaré Emad, un activiste qui vit près de la rue al Saouara.

Oliver Holmes et Mariam Karouny, Benjamin Massot et Hélène Duvigneau pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant