Au moins 14 morts dans un nouvel attentat à Volgograd

le
0
NOUVEL ATTENTAT MEURTRIER DANS LA VILLE RUSSE DE VOLGOGRAD
NOUVEL ATTENTAT MEURTRIER DANS LA VILLE RUSSE DE VOLGOGRAD

par Maria Tsvetkova

VOLGOGRAD, Russie (Reuters) - Au moins 14 personnes ont été tuées lundi dans un attentat qui a dévasté un trolleybus à Volgograd et que les enquêteurs ont attribué à un kamikaze, au lendemain d'un autre attentat dans cette ville du sud de la Russie.

Même si elles n'ont pas été revendiquées pour le moment, ces attaques ravivent les craintes d'une offensive des islamistes du Nord-Caucase, alors que le pays se prépare à accueillir à partir du 7 février les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, une station touristique située au bord de la mer Noire, à 700 km au sud-ouest de Volgograd.

"Pour le second jour de suite, nous sommes en train de mourir - c'est un cauchemar", a dit une femme près des lieux de l'attentat, où le trolley bleu et blanc était réduit à l'état de carcasse, le toit arraché par l'explosion, au milieu d'une chaussée jonchée de cadavres.

Le président Vladimir Poutine, qui a fait des Jeux de Sotchi une vitrine pour la Russie, a ordonné aux forces de l'ordre de renforcer les mesures de sécurité à travers tout le pays, et particulièrement dans la région de Volgograd.

Dans la province de Volgograd, plus de 4.000 agents de police et du ministère de l'Intérieur ont été mobilisés dans le cadre d'une opération baptisée "tornade antiterroriste", consistant à vérifier les papiers d'identité et à fouiller les personnes suspectes, a déclaré la police régionale citée par Interfax. Selon l'agence Itar-Tass, ces contrôles d'identité visent surtout les immigrés.

Des renforts sont en cours de déploiement dans les gares et les aéroports de tout le pays, mais les attentats qui sont commis laissent planer des doutes sur l'efficacité des mesures de sécurité.

Un responsable de la police a déclaré à Reuters que les effectifs de police à Volgograd avaient été allégés ces derniers temps car 600 agents ont été redéployés à Sotchi afin d'y garantir une sécurité maximale pendant les Jeux.

Les enquêteurs fédéraux ont évoqué un "acte terroriste", alors qu'un kamikaze a déjà tué au moins 17 personnes dimanche en déclenchant ses explosifs dans la gare principale de Volgograd, l'ancienne Stalingrad.

UN RUSSE CONVERTI À L'ISLAM?

Au sujet de ce premier attentat, les enquêteurs avaient dans un premier temps décrit son auteur comme étant une femme originaire du Daguestan, l'un des principaux foyers de la rébellion islamiste dans le Caucase russe. Ils ont ensuite déclaré qu'il pourrait s'agir d'un homme.

Citant des sources non identifiées, l'agence Interfax rapporte que cet homme était un Russe converti à l'islam ayant rejoint des islamistes au Daguestan au début de l'année 2012.

Des éclats identiques à ceux retrouvés après l'explosion à la gare ont été ramassés dans le trolleybus lundi, signe que les deux attentats seraient l'oeuvre des mêmes personnes, ont déclaré les enquêteurs.

Le ministère russe des Affaires étrangères a comparé les deux attentats de Volgograd à ceux commis le 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, mais aussi récemment en Syrie et dans d'autres pays, et a appelé à la solidarité internationale dans la lutte contre les "terroristes".

En France, François Hollande a fait part lundi de sa solidarité à Vladimir Poutine après les attentats de Volgograd. Lors d'une conversation téléphonique, le président a dit à son homologue russe que la France "se tenait aux côtés de la Russie face à cette épreuve".

Via le conseil à la sécurité nationale de la Maison blanche, les Etats-Unis ont exprimé "leur solidarité avec le peuple russe contre le terrorisme".

"Le gouvernement américain a proposé son soutien total au gouvernement russe pour préparer le dispositif de sécurité des Jeux olympiques de Sotchi et nous aimerions saisir l'occasion d'établir une coopération plus étroite pour la sécurité des athlètes, des spectateurs et des autres participants", écrit le conseil à la sécurité nationale dans un communiqué.

La Russie a coopéré avec les Etats-Unis dans l'enquête sur l'attentat commis en marge du marathon de Boston en avril, qui a fait trois morts. Les suspects, deux frères, étaient d'origine tchétchène et avaient vécu au Daguestan.

CONFIANCE DU CIO

Volgograd est une ville d'un million d'habitants située à plusieurs centaines de kilomètres des régions musulmanes du Nord-Caucase en proie à des violences séparatistes presque quotidiennes.

En octobre, une kamikaze y avait déjà tué six personnes, en se faisant exploser dans un bus.

L'ex-Stalingrad est un emblème de l'identité nationale russe depuis le long siège de la Deuxième Guerre mondiale qui en fit une "ville-héros" à l'époque soviétique. Elle sera d'autre part l'une des villes organisatrices de la phase finale de la Coupe du monde de football 2018.

Le chef de l'insurrection islamiste du Nord-Caucase, le Tchétchène Dokou Oumarov, a appelé ses partisans dans une vidéo mise en ligne en juillet à recourir à "la force maximale" pour empêcher le président Vladimir Poutine d'organiser les JO.

Le Comité international olympique (CIO) a dit lundi n'avoir aucun doute sur la capacité des autorités russes à assurer la sécurité à Sotchi.

Selon Alexei Filatov, un vétéran de la force spéciale ALFA, spécialisée dans la lutte antiterroriste, les villes proches de Sotchi, mais où les Jeux olympiques n'auront pas lieu, sont en fait les plus vulnérables à de nouvelles attaques. "Les mesures de sécurité sont renforcées depuis longtemps à Sotchi, donc les terroristes vont plutôt frapper des villes de la région comme Volgograd", prévient-il.

Les dirigeants des communautés musulmane et orthodoxe de Russie ont appelé au calme. Le primat de l'Eglise orthodoxe russe, Kirill Ier, a estimé que la religion n'avait "rien à voir avec les événements actuels de Volgograd".

Plusieurs dizaines de nationalistes ont manifesté lundi devant une église de Volgograd, et la police a interpellé une vingtaine d'entre eux.

Avec Alissa de Carbonnel; Jean-Stéphane Brosse, Julien Dury, Eric Faye et Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant