"Au Mexique, ils s'en foutent de tuer quelqu'un"

le
0
"Au Mexique, ils s'en foutent de tuer quelqu'un"
"Au Mexique, ils s'en foutent de tuer quelqu'un"

Âgé de 21 ans et formé à la Berrichonne, Émilio Omam-Biyik, fils de François, vient de passer une année au Reynosa FC, en D3 mexicaine. Entre les fusillades et le foot, la vie du défenseur n'a pas été la même qu'à Châteauroux.

Alors Émilio, déjà rentré du Mexique ?
Oui, la saison est terminée. Je suis chez moi là, à Châteauroux.

Tu es né à Mexico, ton père est Camerounais et tu as grandi en France… C'est quoi ta nationalité ?
Mexicaine et française. Du coup, lors d'une Coupe du monde, je ne sais pas trop pour qui être. La dernière fois, j'étais un peu plus supporter du Mexique… mais je garde le Cameroun et la France dans mon cœur.

Tu as été sélectionné avec le Mexique ?
J'ai été appelé chez les jeunes, mais je n'ai pas pu y aller, j'avais des problèmes au genou.

Ta carrière a débuté à la Berrichonne de Châteauroux.
C'est ça. J'ai fait toutes les catégories de jeunes. Débutants, poussins, U13, U17, U19… jusqu'aux pros. J'avais le parcours parfait du petit gars formé au club. Et puis, quand j'ai repris avec les pros, je me suis fait les croisés et ça a un peu tout foiré. Je n'ai pas pu jouer beaucoup.

Comment tu t'es retrouvé au Mexique ?
Après cette première saison avec les professionnels, Châteauroux ne m'a pas proposé d'autre contrat. Donc je me cherchais un peu, et j'ai reçu une offre que j'ai acceptée. En fait, c'est un dirigeant mexicain qui est venu me voir jouer et qui connaissait du monde… Voilà, c'est comme ça que ça marche dans le foot. Le fait d'être Mexicain a eu son importance, parce que ça évite d'occuper une place d'étranger. En D3 mexicaine, les quotas sont stricts : c'est deux joueurs étrangers maximum. Quand je suis arrivé, j'ai un peu redécouvert le pays parce que je l'avais quitté très jeune. J'y étais retourné un tout petit peu pendant les vacances. Aller au Mexique, c'était un petit sacrifice car j'ai dû laisser ma copine, avec qui on vient d'avoir un bébé, en France.

« Gignac, c'est le phénomène du moment au Mexique, ouais. Si tu veux comparer avec la France, il a la cote de Zlatan, quoi. »Émilio Omam-Biyik

Comment ça joue, là-bas ?
Ce n'est pas meilleur que Châteauroux, mais…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant