Au Mexique, Hollande pense à Paris

le
6
Au Mexique, Hollande pense à Paris
Au Mexique, Hollande pense à Paris

A quoi pense un président de la République française en tournée officielle à 10 000 km de son pays après avoir tout chamboulé chez lui ? C'est la question qu'on pouvait se poser en observant François Hollande qui achevait ce vendredi sa visite d'Etat au Mexique.

Deux jours passés à réchauffer les relations entre la France et le pays du jeune président Enrique Pena Nieto, après les difficultés passées dues à l'affaire Florence Cassez et celles d'aujourd'hui avec Maud Versini, cette mère de famille dont les enfants sont retenus depuis deux ans au Mexique par son ex-époux. Deux jours qui se sont aussi conclus par la signature de 41 contrats dans des domaines aussi divers que l'aéronautique, les hydrocarbures ou l'université, avec l'objectif de doubler d'ici 2017 le volume des échanges commerciaux entre les deux pays qui plafonne actuellement à 4 petits milliards.

VIDEO. Hollande au Sénat mexicain: il y a eu une «période compliquée»

Mais ces deux jours ont surtout permis à François Hollande de digérer la lourde séquence de changements qu'il vient d'opérer tous azimuts du sommet de l'Etat jusqu'à la tête du Parti socialiste et de la Caisse des Dépôts. Arrivé au Mexique à la tête d'une importante délégation composée de quatre ministres (Fabius, Filippetti, Hamon, Touraine), de chefs d'entreprises et de personnalités du monde universitaire ou de la culture, Hollande avait les traits tirés sans que l'on sache si la cause tient au décalage horaire ou à la forte tension éprouvée depuis les élections municipales désastreuses. 

Mais le président assume sans remords d'avoir nommé son ancien ministre de l'Intérieur à Matignon. «Il pense qu'il n'y avait pas d'autre choix possible que de nommer Valls, parce qu'il est le meilleur et qu'il a la capacité à conduire le gouvernement en harmonie avec lui», confie-t-on dans son entourage.

Après avoir un moment espéré pouvoir garder Jean-Marc Ayrault ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mfouche2 le vendredi 11 avr 2014 à 19:38

    il a bonne mine pépère, avec 13 de français favorables à son (in)action ! s il avait un minimum damour propre il DISPARAITRAIT du paysage, il se VOLATILISERAIT .

  • M1405944 le vendredi 11 avr 2014 à 18:38

    Au Mexique il pense à Paris, et a Paris il pense au mec si.......

  • frk987 le vendredi 11 avr 2014 à 17:49

    Au Mexique il pense à Paris et à Paris il pense à la rue du cirque.....

  • rodde12 le vendredi 11 avr 2014 à 17:42

    Si je signais un contrat avec un mexicain, je ne voudrais pas que ce minable vienne y apposer sa griffe pour ensuite s'en attribuer le mérite.

  • 11881561 le vendredi 11 avr 2014 à 17:33

    Et a PARIS , IL PENSE A SES PROCHAINES VACANCES AUX FRAIS DE LA PRINCESSE !!!

  • M4426670 le vendredi 11 avr 2014 à 17:31

    Où est le temps où, par correction vis à vis des hotes de nos politiques, on ne parlait pas des affaires intérieures françaises à l'Etranger? Décidemment, ces socialistes ne savent pas vivre!