Au Mali, les djihadistes chassent les rebelles touaregs

le
0
La perte de Gao, «capitale» du Nord, montre l'usure du groupe laïc.

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) a perdu mercredi Gao. Les derniers hommes de la rébellion touareg ont fui leur capitale au milieu de la nuit, pourchassés par leurs rivaux du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un groupe salafiste. «Les gens du Mujao sont seuls en ville», affirmait, jeudi matin au téléphone, Adama, un habitant. Une victoire qui scelle un peu plus la prééminence des islamistes radicaux au sein des rébellions qui contrôlent le nord du Mali.

Toute la journée de mercredi d'intenses combats ont opposé les deux mouvements au travers de la ville. En fin d'après-midi, le Mujao avait fini par se rendre maître du gouvernorat le siège du «gouvernement» du MNLA. Ces affrontements auraient fait entre 20 et 36 morts. Le secrétaire général du MNLA Bilal ag Chérif, blessé, a été évacué par hélicoptère vers Ouagadougou. Pour le MNLA, la perte de sa capitale Gao sonne comme un symbole de son affaiblisse

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant