Au Liban, un port phénicien détruit par des promoteurs

le
0
Beyrouth est de nouveau confrontée à la destruction de son patrimoine. Le démantèlement d'un édifice vieux de 3000 ans provoque l'indignation.

Même s'il avait été découvert récemment, c'était un symbole de l'histoire du pays et de l'identité libanaise. Le port phénicien de Beyrouth, situé à Minet-el-Hosn, a été détruit mardi par des pelleteuses. Un complexe immobilier pourrait bientôt remplacer l'édifice historique.

Arrivée mardi matin sur les lieux pendant la destruction, la présidente de l'Association pour la protection du patrimoine libanais (APPL), Pascale Ingea, a aussitôt contacté son avocate pour faire cesser les travaux. Un juge a été saisi et une demi-heure après, les travaux étaient interrompus. «Les ouvriers nous ont empêché de filmer», raconte Pascale Ingea au Figaro. La société immobilière a été condamnée à suspendre les travaux et à payer une amende de 50.000 euros. «Malheureusement 90% du port a été détruit», se désole Pascale Ingea qui précise que son association va entamer des poursuites judiciaires pour imposer la reconstruction de l'édifice «même si c'est en bét

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant