Au Liban, les réfugiés maudissent el-Assad

le
0
La guerre civile ayant gagné la capitale syrienne, les Damascènes se sont mis à fuir en masse vers le havre de paix le plus proche: le Liban.

Depuis mercredi 18 juillet, date de l'attentat monstre qui a décapité une partie de l'establishment militaire du régime de Bachar el-Assad, suivi le lendemain par une contre-offensive de l'armée régulière contre les rebelles de l'ASL (Armée syrienne libre) infiltrés dans les ruelles des quartiers populaires de la capitale, plus de 30.000 Syriens ont franchi la frontière libanaise par la grande route menant à Beyrouth.

Les plus fortunés se sont installés dans les hôtels de la capitale libanaise ou de la côte allant de Beyrouth à Tripoli. Les autres sont descendus chez des cousins, car il est très rare que les Syriens n'aient pas de famille au Liban, tant les deux nations ont une histoire mêlée. Pour les plus pauvres, les ONG libanaises se mobilisent. Sise dans un immeuble pouilleux de la corniche el-Masra (quartier populaire sunnite), l'association Takwa (piété, en arabe) tente de secourir les plus démunis des réfugiés, se préparant à aménager des écoles en do

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant