Au Liban, la moitié des prêtres maronites sont mariés

le
0
L'Église maronite est l'une des nombreuses églises d'Orient à autoriser l'ordination des hommes mariés.

Père Antoine Sarkis a six enfants. Pendant dix-sept ans, sa propre expérience d'époux et de père a enrichi les séances de préparation au mariage dont il avait la charge pour les jeunes couples de son diocèse. Ce prêtre libanais maronite, l'une des Églises catholiques orientales, a lui-même réfléchi longuement à la signification du mariage avant de décider qu'il ne pouvait y renoncer. «J'ai terminé mes études au séminaire des pères jésuites avec l'idée qu'un prêtre se devait d'être célibataire. C'est pourquoi je me suis donné du temps. Ce n'est que beaucoup plus tard que j'ai été ordonné, en 1989, 13 ans après mon mariage. Car la vocation a toujours été là. L'appel de Dieu ne fait pas la différence entre un homme marié ou célibataire.» Ce prêtre du diocèse d'Antélias, au nord de Beyrouth, dit ne pas comprendre que l'Église occidentale reste figée dans des int...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant