Au Kenya, le téléphone mobile se transforme en banquier

le
0
Au Kenya, le téléphone mobile se transforme en banquier
Au Kenya, le téléphone mobile se transforme en banquier

Il y a six mois, Jane Adhiambo Achieng se voyait refuser un modeste prêt d'une banque kényane -- 200 euros à peine -- pour développer son étal de fruits et légumes. Ses revenus étaient trop faibles.C'est finalement auprès d'un nouveau service de prêt que cette femme de 42 ans, au chiffre d'affaires de quelque 400 euros par mois, a trouvé les ressources financières nécessaires à son petit commerce de rue: une application téléphonique appelée M-Shwari.M-Shwari est une nouvelle plate-forme de service financier, qui offre aux clients du premier opérateur téléphonique kényan Safaricom la possibilité d'ouvrir des comptes-épargne ou encore d'emprunter par le seul biais de leur téléphone portable.M-Shwari est une extension d'un service déjà existant, M-Pesa (M pour mobile, Pesa pour argent en swahili), qui permet depuis 2007 aux détenteurs de mobiles (70% de la population kényane) d'envoyer et recevoir de l'argent, ou de payer des factures sans passer par le circuit bancaire.Selon la Banque centrale kényane, 12 millions de Kényans au moins -- sur une population de quelque 42 millions d'habitants -- n'ont encore pas accès à un compte bancaire. L'idée est, avec M-Shwari (littéralement "pas de tracas"), de leur étendre la palette de services financiers aux prêts ou à l'épargne."Nous nous sommes toujours demandé comment développer M-Pesa. Nous savions qu'il y avait une limite à casser pour atteindre une nouvelle frontière," explique Nzioka Muita, responsable communication chez Safaricom.Des solutions bancaires pour le secteur informelA travers sa nouvelle plate-forme, Safaricom explique que ses clients peuvent à tout moment ouvrir un compte bancaire virtuel, y placer ou retirer leur épargne et bénéficier de micro-crédits avec simplement 100 shillings (un peu moins d'un euro) sur ce compte."C'est un produit pour quiconque pense qu'un service bancaire ne devrait pas être source de tracas. Pas de formulaire...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant