Au Japon, un hôtel de ville devient une véritale attraction

le
0

EN IMAGES - La ville de Nagaoka, qui ne compte que 300.000 habitants, reçoit chaque année plus de 1,2 million de visiteurs venus pour découvrir sa mairie. Oeuvre de l’architecte Kengo Kuma, le bâtiment se révèle surprenant...

Très loin de l’image austère que l’on peut avoir de nos mairies... à Nagaoka, au nord-ouest du Japon, depuis 2012 existe un hôtel de ville à l’architecture étonnante et innovante! Mélangeant le contemporain au design traditionnel japonnais, l’architecte Kengo Kuma a livré un bâtiment où les gens aiment venir se détendre. Chaque année ce bâtiment public appelé «Aore City Hall» reçoit plus d’un million de visiteurs dans une ville où l’on frôle à peine les 300.000 habitants. S’il était un parc d’attraction, il serait le troisième le plus populaire au pays du Soleil-Levant...

Dès l’entrée du bâtiment, ce ne sont pas seulement des points d’accueil et des bureaux pour régler des problèmes administratifs avec les agents de la mairie de Nagaoka qui accueillent le visiteur, mais une grande cour intérieure couverte avec des terrasses aménagées sur plusieurs niveaux. Ce qui peut surprendre le plus dans l’enceinte de cette infrastructure de 12.000 m², ce sont les nombreux et immenses panneaux en bois suspendus au plafond. En écho au palettes de bois déjà accrochées sur les parois en verre des bureaux, ils offrent des jeux de lumière apaisant dans une ambiance douce chaleureuse.

Désacraliser l’institution politique

Fait majeur dans l’organisation du bâtiment, la salle du conseil municipal est aménagée en rez-de-chaussée. Ainsi derrière deux immenses baies vitrées, les habitants de Nagaoka, mais aussi les visiteurs peuvent assister aux réunions des élus politique de la ville. Une manière de désacraliser l’institution politique. Plus loin, ce sont des boutiques et des galeries d’art qui prennent place. Des équipements sportifs modulables sont également mis à diposition. Le Figaro Immobilier vous propose un petit détour en images par ce lieu décidément peu commun...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant