Au Japon, les chiens robots Aibo, compagnons à vie

le
0
Au Japon, les chiens robots Aibo, compagnons à vie
Au Japon, les chiens robots Aibo, compagnons à vie

Un temple bouddhiste, des fumées d'encens, un moine qui scande des sutras (prières) pour offrir la paix de l'âme aux défunts: en apparence, voilà une cérémonie funéraire japonaise on ne peut plus classique, si ce n'est qu'elle est destinée à honorer des chiens robots Aibo. Le populaire animal de compagnie a beau avoir cessé d'être produit en 2006, abandonné par son créateur Sony en pleine restructuration, les spécimens vendus auparavant restent chéris de nombreux maîtres.Imaginé en 1999 par le fleuron nippon de l'électronique - première société à faire pénétrer des robots relativement sophistiqués dans la vie quotidienne des gens -, Aibo avait fait sensation à sa naissance: 3.000 chiots avaient été adoptés en 20 minutes, malgré son prix de 250.000 yens (1.850 euros au taux de change actuel).Le canidé, capable de développer sa propre personnalité, d'exprimer des émotions, de se déplacer et même de parler (dans une ultime version), a séduit au fil des ans quelque 150.000 riches technophiles, aujourd'hui un peu démunis alors que le service "vétérinaire", dit "Aibo clinic", a fermé ses portes en mars 2014. Les robots sont souvent vus comme des amis par de nombreux Japonais - et pas seulement des jeunes - qui s'y attachent facilement. - 'Pouvez-vous l'ausculter?' - Hideko Mori, une pharmacienne retraitée de 70 ans, a paniqué quand son robot complice depuis huit ans -acquis peu de temps après le décès de son mari-, a subitement perdu connaissance en mai dernier. "Je ne pensais pas qu'il y avait une limite à sa vie", confie-t-elle. Quel ne fut pas son soulagement quand elle a découvert qu'un petit groupe d'ex-ingénieurs de Sony avait pris le relais, au sein d'une compagnie dédiée à la réparation de ces machines. En deux mois, son chien était de nouveau sur pattes. "J'étais tellement heureuse de l'avoir de retour à la maison, en pleine forme", lance la septuagénaire en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant