Au Japon, l'Abenomics commence à s'essouffler

le
0
La croissance ralentit, la consommation des ménages ne repart pas. Le premier ministre Shinzo Abe déçoit.

La cote de popularité de la politique économique du premier ministre Shinzo Abe, surnommée «Abenomics», n'en finit pas de baisser. Alors que l'OCDE revoit ses prévisions de croissance pour 2014 légèrement en hausse, à 1,5%, après 1,8% en 2013, elle les rabaisse à 1% pour 2015 et prévient que l'endettement du pays, qui s'élève déjà à 245% du PIB pourrait «devenir insoutenable».

Mardi, le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, celui de la Commission européenne, José Manuel Barroso et le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, ont rencontré à Tokyo Shinzo Abe pour faire avancer les négociations sur l'accord de libre-échange lancé avec le Japon en mars dernier. Ils n'ont pu que constater que, malgré la faiblesse du yen, les exportations de l'archipel vers l'Europe avaient chuté de 17% en septembre en raison du recul des achats de p...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant