Au Japon, des organes plus vrais que nature grâce à l'impression 3D

le
0
Au Japon, des organes plus vrais que nature grâce à l'impression 3D
Au Japon, des organes plus vrais que nature grâce à l'impression 3D

Incision au scalpel, suintement sanglant, rien de plus normal, si ce n'est que le poumon opéré n'est pas un vrai, mais un spécimen de formation pour les apprentis chirurgiens, organe plus vrai que nature créé grâce à l'impression en trois dimensions (3D).Humide, doux, infecté de tumeurs et strié de vaisseaux sanguins, ce poumon ultra-réaliste n'est qu'un exemple du panel d'organes que propose une petite entreprise japonaise, objets destinés à parfaire les compétences des médecins sans sacrifier des patients."Ce modèle restitue la texture de l'organe et les saignements dans le but de faire réellement éprouver au praticien les conséquences de ses gestes", explique Tomohiro Kinoshita, fondateur de Fasotec, une société basée à Chiba, au sud-est de Tokyo.Des armes aux pièces de voiture, des prothèses aux oeuvres d'art, l'impression 3D est perçue comme une nouvelle révolution industrielle susceptible de transformer non seulement le secteur manufacturier mais aussi notre vie quotidienne dans les prochaines années et décennies, de façon aussi spectaculaire qu'internet l'a fait récemment.Ce type d'organe humide, qui sera utilisé en sessions de formation chirurgicale au Japon à compter d'avril, n'est pas lui-même imprimé en trois dimensions.Il est fabriqué à partir d'un moule qui, lui, est façonné avec cette technologie, consistant à superposer des couches de résine ou autre matériau pour reconstituer une forme tridimensionnelle sur la base de données issues de l'image numérique d'un organe réel.Les techniques de numérisation actuelles permettent de recréer un foie, un coeur ou un estomac dans les moindres détails.Une résine sous forme de gel synthétique est injectée ensuite dans le moule issu de l'impression 3D. - Organes transplantables ? - Chaque organe n'est pas seulement une copie visuelle mais a aussi la même masse que l'organe reproduit. La réponse au coup de bistouri est exactement identique, au point que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant