Au Japon, Abe remporte son pari mais l'abstention est au plus haut

le
0

(Actualisé après conférence de presse de Shinzo Abe) par Linda Sieg et Tetsushi Kajimoto TOKYO, 15 décembre (Reuters) - Deux ans après son retour au pouvoir, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a remporté une large victoire aux élections législatives anticipées de dimanche au Japon mais l'ampleur de l'abstention témoigne de la désillusion de l'électorat. Devant la presse, le chef du gouvernement a néanmoins affirmé lundi qu'il allait poursuivre sa politique économique, les "Abenomics", estimant l'avoir relégitimée dans les urnes. "Nous avons entendu le peuple nous dire de poursuivre les 'Abenomics'", a-t-il dit au siège de son Parti libéral démocrate (PLD). Politique monétaire ultra-accommodante, mesures de relance budgétaire et réformes structurelles sont les trois axes, ou les "trois flèches", de la politique économique suivie par Abe pour revitaliser l'économie japonaise. "Je veux mettre en oeuvre avec audace ces 'trois flèches'", a ajouté le chef du gouvernement, qui avait fait de ces élections anticipées un référendum sur sa politique économique. "Je pense que cette grande victoire électorale nous donne de la force." Le Parti libéral démocrate (PLD) et son partenaire de coalition, le Komeito, ont obtenu 326 sièges à la Chambre de représentants, soit plus des 317 sièges requis dans cette assemblée de 475 députés pour conserver une "super-majorité" des deux tiers. La coalition possédait déjà ce nombre de sièges dans la précédente assemblée, mais le PLD recule légèrement avec 291 sièges contre 295, le Komeito en gagne pour sa part quatre à 35 élus. Cinq sièges ont été supprimés dans le cadre d'une réforme électorale. L'abstention a atteint elle un niveau record. Seuls 53,3% des inscrits se sont rendus aux urnes, soit six points de moins qu'aux élections de 2012 qui avaient vu le retour au pouvoir du PLD après une brève expérience menée par le Parti démocrate (PDJ) et marquée par d'incessantes querelles intestines (en trois ans, trois Premiers ministres se sont succédé). Revenu dans l'opposition, le PDJ progresse légèrement, passant de 62 à 73 sièges à la Chambre des représentants, mais son chef, Banri Kaieda, critiqué jusque dans son propre camp pour son manque de charisme, a perdu son siège. Le Parti communiste, qui avait huit élus, a obtenu 21 sièges, ayant séduit des déçus du PDJ. Depuis son retour au pouvoir en décembre 2012, Shinzo Abe s'est fixé pour objectif de relancer la production japonaise et de faire remonter l'inflation à 2%. Les premières mesures ont eu un effet immédiat sur le PIB qui a augmenté de 4% en rythme annualisé sur les six premiers mois de 2013. La Bourse de Tokyo a quant à elle bondi de 56,7% l'an dernier. Mais la situation s'est dégradée depuis, et le relèvement de la TVA en avril a cassé la reprise. Au troisième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) s'est contracté de 1,9% en rythme annualisé. (avec Elaine Lies; Danielle Rouquié et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux