Au Havre, le chef de l'État affiche son volontarisme politique

le
0
En déplacement, jeudi, au Havre, Nicolas Sarkozy a défendu la prime obligatoire aux salariés. Il a également affirmé sa volonté de rélancer la ligne à grande vitesse Le Havre-Paris.

«Moi, ce que je veux, c'est que ça avance. Nous n'avons pas le choix, nous devons nous adapter et nous avons tous les atouts pour réussir.» En déplacement jeudi au Havre, Nicolas Sarkozy a affiché son volontarisme politique. Défendant la prime obligatoire aux salariés, il a dénoncé «les murs du conservatisme et de l'immobilisme» de tous bords auxquels il a dû faire face, «à gauche parce qu'on aurait aimé le faire et qu'on ne l'a jamais fait, à droite parce que c'est trop, au centre parce que ce n'est pas encore assez».

Premier coup de pioche

Sarkozy a également réaffirmé sa volonté de réconcilier le pays avec sa façade maritime. «Aujourd'hui, déplore le chef de l'État, le premier port pour les containers français est Anvers... Je suis profondément européen, mais quand même», a-t-il dit, misant sur la réforme portuaire pour redresser la situation.

Même volontarisme au sujet du Grand Paris ou plutôt du développement de l'axe Seine avec un outil

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant