Au G20 de Hangzhou, la Syrie et le terrorisme au centre des discussions

le
2
Le président chinois Xi Jinping accueille son homologue turc  Recep Tayyip Erdogan à Hangzhou le 3 septembre 2016.
Le président chinois Xi Jinping accueille son homologue turc  Recep Tayyip Erdogan à Hangzhou le 3 septembre 2016.

La guerre en Syrie et la lutte contre le terrorisme devraient prendre le pas sur les habituels sujets économiques abordés lors du sommet organisé en grande pompe par la Chine.

En l’état actuel du monde, le sommet du G20, qui a lieu les dimanche 4 et lundi 5 septembre à Hangzhou en Chine, s’annonce une affaire des plus sérieuses en termes de sécurité, de logistique et de protocole : y sont attendus pas moins d’une quarantaine de chefs d’Etat, dont beaucoup sont au cœur des enjeux géopolitiques du moment.

S’y croiseront le président américain, Barack Obama, le président russe, Vladimir Poutine, le président turc, Recep Tayyip Erdogan et le vice-prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed Ben Salman. Ainsi que le président de la République, François Hollande, la chancelière allemande, Angela Merkel, la première ministre britannique, Theresa May, et les dirigeants des grandes économies européennes. Pour l’Asie, l’Indien Narendra Modi et le Japonais Shinzo Abe sont du voyage. Une poignée d’autres dirigeants invités, mais dont les pays ne sont pas membres du G20, viendront compléter la photo de groupe – dont l’Egyptien Abdel-Fattah Al-Sissi.

Hangzhou, sommet hautement sécurisé Autant dire que la Chine n’a rien laissé au hasard. Les efforts considérables déployés pour sécuriser Hangzhou, ville de 7 millions d’habitants, l’un des premiers sites touristiques du pays et fief du président chinois, Xi Jinping, avant son ascension vers le pouvoir, laissent pantois : des millions de résidents ont été envoyés en vacances, souvent aux frais de leur employeur. Avec leurs larges avenues presque vides, les quartiers de tours autour du site du G20, loti dans un giga...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs il y a 9 mois

    En tous cas, Obama et ses troupes ont été copieusement remis à leur place en arrivant à l'aéroport. Histoire de leur montrer l'exceptionellistan n'est pas exceptionnel en Chine.

  • DS76 il y a 9 mois

    Un G20 à 40, c'est original, mais cela ne sert à rien et surtout, double le coût...