"Au final, on a le même style qu'en 1996"

le
0
"Au final, on a le même style qu'en 1996"
"Au final, on a le même style qu'en 1996"

Membre de l'épopée tchèque de l'Euro 1996, Vladimir Šmicer a pris le temps d'évoquer ses successeurs. Un groupe sans véritable star qu'il estime capable de battre les ténors sur un match.

La Tchéquie est une équipe pas très fantaisiste, mais solide. On peut simplifier de la sorte ?
C'est ça. La qualification a été basée sur le travail : une équipe bien en place, qui travaille bien, qui ne fait pas vraiment le jeu, mais qui sait se projeter vers l'avant rapidement quand elle récupère le ballon. Au final, c'est le style que l'on avait déjà en 1996, quand on a fait l'exploit (la Tchéquie a atteint la finale, ndlr). Je ne pense pas que l'on possède des joueurs en mesure de garder le ballon. On a plutôt une équipe positionnée bas, qui défend bien, et qui tente de ressortir en contre-attaques.

Un jeu de contre-attaques avec un seul attaquant de pointe, cinq joueurs au milieu. Les milieux offensifs excentrés ont un rôle crucial, ils doivent marquer des buts...
Totalement. Notre meilleur joueur, c'est Rosický, mais il ne peut pas tout le temps jouer à cause des blessures. C'est un joueur qui peut faire des différences. Quand il n'est pas là, le jeu de l'équipe est différent, car c'est lui le vrai manieur de ballon. Les autres ne déméritent pas, ils courent, ils sont disciplinés, mais pour faire des différences, c'est un peu plus compliqué. Nos milieux offensifs excentrés sont les plus à même d'être dangereux offensivement.

Qui sont les joueurs incontournables de la sélection ?
Bonne question, on n'a pas ce type de joueurs. C'est peut être notre force, c'est que chaque joueur peut être remplacé sans que l'équipe ne soit trop pénalisée. À part peut être Darida du Hertha Berlin, ou Dočkal, du Sparta Prague, qui peut jouer dans l'axe ou côté droit.

Et dans le vestiaire, c'est Petr Čech le taulier ?
C'est l'homme important, quand il est dans les buts, tous les défenseurs sont plus calmes, car ils savent qu'il y a un gardien fiable. Sa présence donne de la tranquillité à toute l'équipe.

« En revanche, il n'y a pas de joueurs de différences comme le Portugal peut avoir Ronaldo. Chaque équipe a un joueur de ce type, chez nous, c'est plus dur à trouver. »

Beaucoup de joueurs importants sont assez vieux, trentenaires. On est en fin…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant