Au fait, c'est quoi la discrétion religieuse dans le foot ?

le
0
Au fait, c'est quoi la discrétion religieuse dans le foot ?
Au fait, c'est quoi la discrétion religieuse dans le foot ?

Le burkini fut donc le feuilleton de l'été, relançant la sempiternelle controverse sur les " signes ostentatoires " religieux. Une problématique qu'avait également relancée Jean-Pierre Chevènement, pressenti pour occuper le poste de président de la Fondation pour les œuvres de l'islam de France, en appelant les musulmans à user de " discrétion " au quotidien. Alors que s'annonce une longue saison avec les présidentielles en guise de titre, le football, déjà sujet au débat sur la façon de manifester sa foi dans l'espace public, risque d'être de plus en plus convoqué au tribunal des bonnes mœurs laïques.

Le communiqué avait été sorti au début de l'Euro. Le staff de l'équipe de France annonçait que les cinq joueurs musulmans du groupe France n'allaient pas se conformer aux contraintes du Ramadan, qui se terminait le 5 juillet, mais qu'en revanche, ils rattraperaient les jours de jeûne en retard. Une précision, on le suppose, censée rassurer l'Ouma sur le respect de ces capés envers leur religion. " J'ai tout de suite pensé qu'il s'agissait clairement d'une volonté de neutraliser d'avance les supputations sur le sujet, décrypte Abdelkrim Branine, rédacteur en chef de la radio Beur FM. Une mesure de com préventive contre les éventuelles rumeurs ou autres sous-entendus qui touchent un éventuel conflit entre le fait de jouer en bleu et celui de pratiquer sa religion en plein mois du Ramadan. " Certains se souviendront d'un conflit en décembre 2000 entre Alain Perrin, alors entraîneur de Troyes, et deux attaquants de son effectif, Farid Ghazi et Rafik Saïfi, internationaux algériens. Le coach était allé chercher conseil et informations auprès d'un imam. " De fait, depuis la Coupe du monde au Brésil, prolonge l'historien Pascal Blanchard, la Fédération a clairement donné des consignes pour que l'expression de la foi se réalise de la manière la plus discrète possible, que ce soit le signe de croix ou la prière islamique. "

Neymar-Giroud, 100% Jésus


Dans un pays désormais obsédé par la place de l'islam dans la société, le football ne pouvait de toute manière échapper à l'air du temps. " C'est l'un des derniers espaces aussi médiatisés où se représente la nation dans sa diversité, continue Pascal Blanchard, codirecteur aux éditions La Découverte de Vers la guerre des identités. Impossible en retour que les crispations et les débats ne s'y projettent pas, parfois de façon déformée. " "Ce sport est comme le reste de la société, confirme Claude Askolovitch, auteur de Nos mal-aimés : ces musulmans dont la France ne veut pas chez Grasset. Les évidences, ou les normes musulmanes, y compris strictes, progressent. C'est la réalité de notre monde, que cela plaise ou non. "

Dès lors qu'on se met à verbaliser les femmes en burkini sur les plages, quel sort réserver alors à ceux qui affirment leur spiritualité en portant le maillot bleu ou les couleurs de leur club…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant