Au Canada, une banque du sperme attaquée pour tromperie

le
0
Trois familles canadiennes ont poursuivi en justice la société américaine Xytex et son distributeur canadien Outreach Health Services commercialisant des dons de sperme.
Trois familles canadiennes ont poursuivi en justice la société américaine Xytex et son distributeur canadien Outreach Health Services commercialisant des dons de sperme.

Trois familles ont porté plainte contre une société pour avoir commercialisé la semence d’un homme présenté comme un génie, mais souffrant en réalité de troubles mentaux.

Trois familles canadiennes ont poursuivi en justice une société commercialisant des dons de sperme. Motif de leur plainte : plusieurs femmes ont été inséminées avec la semence d’un homme présenté comme un génie, mais souffrant de troubles mentaux et avec un passé délictueux.

Au moins 36 personnes en Grande-Bretagne, au Canada et aux Etats-Unis ont donné naissance à des enfants dans les dix dernières années à la suite d’une insémination avec le sperme de ce donneur. « Ces couples cherchaient de l’aide pour fonder une famille et dans une situation de vulnérabilité, ont placé leur espoir dans une banque du sperme », a dénoncé leur avocat James Firema

Schizophrénie et consommation de drogues La plainte vise la société américaine Xytex et son distributeur canadien Outreach Health Services pour tromperie. Les trois familles réclament des dommages de 15 millions de dollars canadiens (10,4 millions d’euros).

Elles accusent les deux firmes d’avoir présenté le donneur comme une personne en parfaite santé, dotée d’un quotient intellectuel élevé et titulaire d’un doctorat d’ingénieur en neurosciences. Elles ont appris finalement sa véritable identité quand Xytex a par inadvertance joint dans un courriel les coordonnées du donneur.

Avec une rapide recherche sur Internet, les plaignants ont découvert que l’homme était en fait âgé de 39 ans et qu’il souffrait de schizophrénie, ainsi que de troubles psychotique et narcissique de la personnalité en raison de sa consommation de drogues. Il...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant