Au Caire, les familles des passagers du vol MS804 d'EgyptAir en colère contre les autorités

le
0
Des proches des passagers du vol MS804 d'EgyptAir disparu entre Paris et Le Caire, devant l'aéroport du Caire, le 19 mai.
Des proches des passagers du vol MS804 d'EgyptAir disparu entre Paris et Le Caire, devant l'aéroport du Caire, le 19 mai.

Les proches des passagers égyptiens du vol disparu entre Paris et Le Caire ont été reçus par les autorités dans un hôtel de la capitale égyptienne. Les familles des quinze passagers français devaient les rejoindre jeudi soir.

Au luxueux hôtel Le Passage, près de l’aéroport du Caire, ce soir du jeudi 19 mai est un soir habituel. Une jeune mariée est acclamée sous les « youyous » de ses demoiselles d’honneur pendant qu’un cortège de touristes chinois est accueilli par un guide égyptien. A l’étage, les familles égyptiennes des passagers du vol MS804 d’EgyptAir, en provenance de Paris et disparu dans la nuit de mercredi à jeudi à 280 km des côtes égyptiennes, s’isolent quant à elles dans leurs chambres.

Plus tôt dans la journée, elles étaient accueillies par les représentants de la compagnie nationale et par les autorités égyptiennes à l’aéroport du Caire. Les familles sortent de cette rencontre pour la plupart en colère contre des fonctionnaires qui ne leur fournissent aucun renseignement utile et contre les journalistes qui s’amassent autour d’elles braquant objectifs et micros. « Nous ne savons rien », lance un vieillard déboussolé pour calmer l’impatience des médias.

Dans l’hôtel, Mervat Mounir, la tante d’une jeune hôtesse de l’air présente sur le vol, Samar Azzedine, retient ses larmes pour exprimer son incompréhension : « C’est d’autant plus terrible que nous avons l’impression que les autorités égyptiennes refusent de nous communiquer le moindre renseignement. »

« N’attendez aucune réponse aujourd’hui », a d’ailleurs martelé Sherif Fathy, le ministre égyptien de l’aviation civile, lors d’une conférence de presse houleuse qui a eu lieu en début d’après-midi. Le ministre a refusé de tenir...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant