«Au Brésil, le mouvement se politise auprès des jeunes»

le
0
INTERVIEW - Janette Habel, chargée de cours à l'Institut des hautes études d'Amérique latine, analyse la vague de protestation spontanée qui s'est emparée du Brésil ces derniers jours.

LE FIGARO. - Faut-il s'étonner que l'annonce d'une baisse du prix des transports n'ait pas calmé la fronde?

Janette HABEL. - La hausse du prix des transports a été l'étincelle qui a mis le feu aux poudres. Ce mouvement de protestation traduit un malaise beaucoup plus profond qui touche les mégapoles, notamment dans les pays émergents. Ce qui se passe est complexe. En toile de fond, il y a une série de déceptions accumulées malgré des conquêtes sociales indéniables. La pauvreté a beaucoup reculé, mais le Brésil affronte un net ralentissement de la croissance. Elle ne s'élèvera qu'à 0,9 % cette année, contre 7,5% à l'époque du président Lula.

De plus, l'inflation augmente. C'est un sujet sensible au Brésil. Les prix des produits a...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant