Au Brésil, des remises de peine contre la lecture de livres

le
0
Pour favoriser la réinsertion et vider les prisons, les autorités brésiliennes proposent aux détenus de rédiger des fiches de lecture contre une remise de peine de 48 jours maximum.

Les autorités brésiliennes vont proposer à certains détenus sélectionnés une remise de peine de quatre jours pour chaque livre qu'ils liront. Les prisonniers des quatre prisons fédérales du pays, dans lesquelles sont incarcérés quelques-uns des plus célèbres criminels brésiliens, pourront étudier une douzaine d'œuvres littéraires, philosophiques, scientifiques ou classiques et réduire ainsi leur peine de 48 jours maximum par année.

Ils disposeront de quatre semaines pour lire chaque livre et devront rédiger une dissertation «respectant l'usage des paragraphes, de l'orthographe, des marges et lisiblement présentée», indique le Journal officiel brésilien. Une commission spéciale sélectionnera les participants à ce programme baptisé «La rédemption par la lecture». «Tout détenu peut sortir de prison plus éclairé et avec une vision plus grande du monde», a assuré Andre Kehdi, avocat à Sao Paulo, favorable à ce programme.

Des conditions de vie exéc...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant