Au bord du gouffre, Pyongyang calme le jeu

le
0
Le régime nord-coréen s'est déclaré lundi disposé à accueillir des inspecteurs de l'ONU sur ses sites nucléaires.

L'artillerie a de nouveau tonné sur l'île de Yeonpyeong, en mer Jaune. Moins d'un mois après le bombardement mené par la Corée du Nord, Séoul a affiché lundi sa détermination en conduisant des exercices de tir à munitions réelles dans ces eaux disputées depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953). Bravant les menaces de représailles «sans pitié» brandies par Pyongyang et résistant aux pressions de la Chine et de la Russie, qui exigeaient un report des man½uvres, le président sud-coréen, Lee Myung-bak, a fait pleuvoir des obus à quelques encablures de la frontière maritime.

Dans le ciel, les chasseurs F15 patrouillent, prêts à riposter. À Séoul, le gouvernement et tous les fonctionnaires sont placés en alerte, se préparant à une nouvelle provocation. C'est le moment qu'a choisi le régime de Kim Jong-il pour prendre ses adversaires à contre-pied, en jouant la désescalade. «Nous ne ressentons pas le besoin de représailles après chaque provocation

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant