Attribution des Jeux olympiques : une annonce déjà capitale pour Paris attendue ce vendredi

le
0
Attribution des Jeux olympiques : une annonce déjà capitale pour Paris attendue ce vendredi
Attribution des Jeux olympiques : une annonce déjà capitale pour Paris attendue ce vendredi

La modification des règles d'attribution des Jeux devrait permettre de désigner le 13 septembre, en une seule fois, la ville hôte pour 2024 et celle pour 2028.

 

Paris a-t-il déjà gagné ?

 

C'est très bien parti ! Des cinq villes (Paris, Rome, Hambourg, Boston, Budapest) qui s'étaient lancées, il y a trois ans, dans la course aux JO 2024, Paris reste l'unique survivante. Los Angeles ayant remplacé Boston, la cité californienne demeure le dernier obstacle susceptible d'empêcher Paris d'organiser les JO, 100 ans après ceux de 1924. Un obstacle qui n'en est peut-être plus un.

 

Face au manque de villes requérantes (personne pour le moment n'a émis le souhait de se porter candidat pour 2028), le CIO a souhaité modifier les règles du jeu en lançant le principe d'une double attribution. Les JO de 2028 ne devant pas apparaître comme un «lot de consolation», l'idée est de trouver un accord et donc de faire céder (contre une compensation financière) l'une des deux villes. Sur le thème de «2024 ou rien», Paris a vite refermé la porte aux discussions. Celles-ci se poursuivent du côté américain.

 

LIRE AUSSI

> Entre Paris et Los Angeles, le match a commencé

> Paris décrocherait les JO en 2024 selon la presse américaine

> JO : questions sur une double attribution

 

 

Mercredi, Casey Wasserman, le grand patron de la candidature, taclant au passage Paris, a lancé : «Nous n'avons jamais dit Los Angeles en premier ou c'est 2024 ou rien.» Une façon de mettre la pression sur le CIO en dénonçant la tactique parisienne ou de préparer l'opinion publique américaine à attendre quatre ans supplémentaires ? L'agitation des derniers jours laisse à penser que Los Angeles n'est pas en position de force et que c'est bien la ville américaine que le CIO entend faire plier.

 

Quid du calendrier ?

 

Le vote de Lima du 13 septembre 2017 devait être déterminant, mais si le CIO ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant