Attractivité : Hollande en opération séduction auprès des patrons étrangers

le
0
François Hollande entouré de Jean-Marc Ayrault et de plusieurs ministres, lundi matin.
François Hollande entouré de Jean-Marc Ayrault et de plusieurs ministres, lundi matin.

Le président François Hollande a souligné lundi que la France n'avait "pas peur" des investissements étrangers et n'entendait pas "se protéger", en présentant les conclusions d'un "conseil stratégique de l'attractivité" de l'économie française réuni à l'Élysée. "Nous n'avons pas peur des capitaux qui viennent s'investir en France, nous ne voulons pas nous protéger", a-t-il souligné après avoir reçu au palais présidentiel une trentaine de dirigeants de groupes industriels et de fonds d'investissements internationaux. "Nous n'avons pas une conception étriquée de notre intérêt national", a insisté le chef de l'État, "nous considérons même que la mobilité des investissements - français à l'étranger, étrangers en France - fait partie de la réussite d'un pays". Pour François Hollande, "le premier défi est de faire venir davantage d'investissements des pays émergents" en France où ils ne représenteront encore, selon lui, "que 10 % des décisions d'investissements" étrangers cette année. "C'est trop peu", a-t-il dit.Le chef de l'État a conclu son discours comme il l'avait commencé, affirmant que "la France n'a peur de rien" et "n'a pas peur de s'ouvrir au monde". "Tous les six mois, je réunirai ce conseil de l'attractivité pour que vous puissiez juger de nos réformes", a-t-il également promis à l'adresse de ses hôtes.François Hollande accueillait à l'Élysée une trentaine d'investisseurs internationaux pour un "conseil stratégique...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant