Attention : les émergents puisent dans leurs réserves

le
0
La Chine possède encore aujourd'hui près de 30% du stock de devises étrangères. (© CC T. Hopper)
La Chine possède encore aujourd'hui près de 30% du stock de devises étrangères. (© CC T. Hopper)

Le montant global des réserves internationales de change, qui n’avait quasiment jamais cessé de progresser pendant plus de vingt ans, a connu au cours des deux dernières années une surprenante érosion. Depuis juillet 2014, date à laquelle il atteignait la somme astronomique de 12.000 milliards de dollars, il s’est ainsi replié de près de 1.000 milliards.

Ce phénomène économique, peu connu en dehors du cercle très restreint de ceux chargés de l’étudier, est de première importance car il est une nouvelle illustration des bouleversements qui affectent l’économie mondiale.

La Chine possède près d’un tiers du stock

Constitué du stock de devises étrangères détenues par les banques centrales, les réserves de change sont pour l’essentiel localisées dans les pays émergents, et en particulier en Chine qui possède encore aujourd’hui près de 30% de ce stock. Parmi les pays occidentaux, seuls le Japon et la Suisse détiennent effectivement un montant significatif de réserves.

Cette répartition des réserves internationales entre économies émergentes, et économies occidentales ne doit rien au hasard. Elle résulte des différentes approches en matière de politique de change au sein de ces deux zones. Dans les pays développés, où les cours des monnaies fluctuent le plus souvent selon les lois du marché, accumuler des réserves n’est pas pratique courante. L’accumulation de réserves a au

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant