Attention, ballon méchant !

le
0
Attention, ballon méchant !
Attention, ballon méchant !

Une balle sur un toit, et c'est la panique. Au milieu des interloqués, un homme surgit pourtant toujours : le pécheur de ballon. Son job ? Récupérer la pelote en se hissant à la force des bras pour relancer le jeu au plus vite. Mais des fois, les pompiers sont appelés pour repécher le pécheur

Faire un centre, trop fort. Rater sa cible, s'en rendre compte. Courir après le ballon, pas assez vite. Lorsque l'été touche à sa fin et que les esprits lents en prennent conscience, il est souvent de mise de multiplier les parties de football avant la reprise du travail. Comme un baroud d'honneur. Seulement voilà, à trop prendre exemple sur le kick and rush anglais, le ballon se retrouve souvent sur un toit, sur la route ou, pire, dans un arbre. Ce type de mission commando, les pompiers connaissent. Un peu trop, justement. À tel point que la police de la région du pays de Galles du Nord a récemment partagé sur Youtube les plus beaux extraits de ces appels hors de propos qu'ils reçoivent quotidiennement. Dans l'un d'eux : "On a un ballon coincé sur le toit de l'école, il y aurait-il un moyen pour vous de nous aider ?" Réponse interloquée : "Pardon, vous avez quoi ? Désolé, nous n'envoyons pas de pompiers pour récupérer des ballons de football." Eh oui, mais la seconde mi-temps ? Conséquence, à titiller les casse-cou, les accidents sont légion.

Il tombe du toit d'une école et se brise neuf vertèbres


À Aix-les-Bains il y a deux semaines, un employé communal tombe du toit de l'école primaire de Lafin en voulant récupérer une poignée de balles - sûrement en mousse, qui plus est. Bilan : une chute de 4m, neuf vertèbres brisées à cause d'une plaque en plastique trop fragile, et un passage dans l'ambulance. Plus grave, le 19 février dernier, lorsque Laura, 14 ans, traverse un passage à niveau à hauteur de la gare de Presles, dans le Val-d'Oise, pour aller récupérer un ballon de foot qui lui avait échappé. Elle ne veut pas voir les barrières baissées et les signaux lumineux, et traverse en même temps qu'un train de la ligne H. Décédée sur le coup. Ces deux exemples sont symptomatiques d'un problème inhérent à tous les sports de ballon : un objet rond, par définition, fuit. Tout le temps, partout. Le principe même du football réside dans le contrôle de cette fuite permanente. Du coup - et d'autant plus lorsque l'on parle de pied - il est parfois nécessaire de crapahuter un bout de chemin quand vient le moment de réparer son erreur de semelle.

L'un des pompiers de la caserne d'Aix-les-Bains, qui assure ne pas avoir fait partie de la brigade envoyée pour secourir le fameux employé communal, affirme en tous les cas que ce type d'accident est un phénomène de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant