"Attention à vos têtes!": drones en folie dans le Var pour la première coupe du monde du genre

le
0
"Attention à vos têtes!": drones en folie dans le Var pour la première coupe du monde du genre
"Attention à vos têtes!": drones en folie dans le Var pour la première coupe du monde du genre

"Attention à vos têtes!", crie une organisatrice: lunettes sur le nez pour suivre la retransmission des images enregistrées par leurs bolides volants, 200 pilotes ont participé samedi dans le Var à des courses de drones. En ligne de mire: une grande finale mondiale, à Hawaï."Ces drones peuvent atteindre les 130 km/h", précise une organisatrice du tournoi. 200 pilotes de 15 pays espèrent se qualifier pour deux évènements majeurs cet automne: la finale européenne à Ibiza, et la finale mondiale à Hawaï, où le gagnant remportera 1 million de dollars. "Les pilotes, on enfile ses lunettes, on lève les pouces et c'est parti!", tonne en anglais la voix de l'animateur dans les haut-parleurs. Les drones s'élancent dans un bourdonnement à mi-chemin entre celui des moustiques et de la Formule 1.Dès le premier virage, l??il non averti perd de vue les engins, dont les structures légères se découpent à peine sur les collines verdoyantes qui entourent le Centre d'études et d'essais pour modèles autonomes (CEEMA) à Pourrières, dans le Var, où se tient la compétition.Au programme: des courses de vitesse individuelles et en équipe, du vol de nuit et une épreuve de freestyle, qui voit les drones évoluer "artistiquement" autour d'une structure métallique de plusieurs mètres."Le niveau est très élevé, certains pilotes sont parmi les meilleurs du monde", estime Fabrice Genit, directeur du CEEMA.Au niveau des sensations, "C'est +Star Wars+!", exulte Maxime, 25 ans, descendu de Paris pour l'occasion. "C'est comme si on était à l'intérieur du drone. Quand il y a un crash, on le vit, on est dedans", explique celui qui se fait appeler "Carbon" lors des compétitions.Il a découvert les courses de drones il y a un an, grâce aux vidéos mises en ligne par une bande d'amis d'Argonay, en Haute-Savoie. - "Comme un jeu vidéo" -Antoine Rechenmann, 38 ans, fait parti ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant