Attentats-Un manque à gagner de 270 mlns pour l'hôtellerie-MKG

le
0
    PARIS, 19 janvier (Reuters) - Les attentats de novembre à 
Paris, dont les effets se feront sentir jusqu'au deuxième 
trimestre 2016, auront un impact estimé à 270 millions d'euros 
sur le chiffre d'affaires des hôtels français, équivalent à 1,7% 
de leurs ventes annuelles, selon les estimations de MKG 
Hospitality. 
    Très touchée par la chute du tourisme qui a suivi les 
attaques, l'hôtellerie parisienne a davantage souffert avec un 
impact estimé à 146 millions d'euros, selon les calculs du 
cabinet effectués sur la base des chiffres de novembre et 
décembre et des projections allant jusqu'à la fin du deuxième 
trimestre 2016. 
    Pendant les seuls mois de novembre et décembre à Paris, le 
taux d'occupation a perdu 16 points et le revenu par chambre 
disponible (Revpar, indicateur clé d'activité du secteur 
combinant taux d'occupation et prix moyen payé) a chuté de 30%. 
    La baisse s'est ensuite un peu tassée pendant les deux 
premières semaines de janvier, avec un recul moins marqué (-8,0 
points) du taux d'occupation. 
    "Sauf nouvel événement dramatique, nous anticipons une 
reprise à partir de la mi-février avec le retour de la clientèle 
d'affaires", a déclaré à la presse Vanguélis Panayotis, 
directeur du développement de MKG. 
    Le cabinet anticipe une année 2016 "qui pourrait être 
meilleure" pour le secteur grâce à une amélioration de 
l'environnement économique et à l'Euro 2016 de football.  
    Sur l'ensemble de 2015, le marché français de l'hôtellerie 
est resté stable pour la deuxième année consécutive. 
    Le taux d'occupation a fléchi de 0,3 point à 65,4% tandis 
que le Revpar 2015 a grappillé 0,1%. A Paris, la baisse a 
atteint respectivement 3,4% et 3,7%. 
    Cette stagnation contraste avec la dynamique observée en 
Europe du Sud, qui a profité des reports de touristes d'Europe 
du Nord boudant le Maghreb pour des raisons de sécurité. 
    La hausse a ainsi atteint 12% en Espagne, 13% au Portugal et 
11% en Italie, où la fréquentation a été dopée par l'exposition 
universelle. 
    "La France n'est pas assez attractive, le rapport 
qualité/prix n'est pas bon et l'offre est insuffisante", a 
déploré Georges Panayotis, président de MKG Group. 
    En Europe du Nord, la dynamique est restée solide avec des 
progressions de plus de 4% en Allemagne, au Royaume-Uni ou en 
Autriche. 
    La part de marché de la France dans l'hôtellerie de chaîne 
des grands pays européens est tombée à 23% en 2014, contre 30% 
en 2000, pendant que celle du Royaume-Uni est passée de 22% à 
28%, selon MKG. 
           
    Voir aussi : 
    * L'hôtellerie parisienne se prépare à des mois difficiles 
  
              
 
 (Edité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant