Attentats terroristes : un guide pour en parler aux enfants dans les colos

le
0
Attentats terroristes : un guide pour en parler aux enfants dans les colos
Attentats terroristes : un guide pour en parler aux enfants dans les colos

Comment parler du drame de Nice aux enfants ? En cette période de vacances scolaires, la question qui hante les parents se pose aussi dans les 45 000 centres de loisirs et colonies qui font le plein de jeunes cet été. Pour aider les animateurs à trouver les mots justes, le ministère de la Jeunesse et des Sports a envoyé hier un courrier à tous les « organisateurs d'accueils collectifs de mineurs ». Il contient une série de recommandations et des éléments de discours inspirés de l'Education nationale et supervisés par des pédopsychiatres et les services du ministère.

 

Les responsables de colonies de vacances approuvent

« Il ne s'agit pas de consignes, mais plutôt d'un guide, explique le ministre de la Jeunesse, Patrick Kanner. En cette période de vacances, les écoles sont fermées. Nos vecteurs traditionnels ne sont pas là pour en parler. Nous avons donc pensé à ce texte simple pour rassurer et dire que nous sommes rassemblés. »

Le document invite par exemple les animateurs à laisser « l'enfant s'exprimer pour ne pas dire plus que nécessaire » ou à « veiller à ce que la parole de chacun soit respectée, par exemple à l'aide d'un bâton de parole ». Il indique qu'il « ne faut pas avoir peur d'exprimer des émotions ». Ou détaille le meilleur comportement à adopter en fonction de l'âge : « insister sur le retour à la normale » pour les plus jeunes, « aborder plus précisément les événements sans jamais laisser de place à la brutalité » pour les 8-9 ans. Enfin, les éducateurs pourront s'inspirer de phrases telles que : « Pour l'instant, il n'y a plus de danger » ou « Ceux qui commettent ces actes sont des terroristes. Ce sont des personnes qui ne supportent pas que d'autres aient des idées différentes [...] Ils veulent semer la pagaille dans notre pays. »

Du côté des responsables de colonie ou de centre aéré, on salue l'initiative : « Les jeunes directeurs ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant