Attentats : Taubira fustige «ceux qui font commerce de la peur»

le
21
Attentats : Taubira fustige «ceux qui font commerce de la peur»
Attentats : Taubira fustige «ceux qui font commerce de la peur»

L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira, qui s'exprime peu publiquement depuis sa démission fin janvier, a fustigé samedi «ceux qui font commerce de la peur», dans une longue tribune sur les attentats, où elle appelle à relever le défi d'en «assécher le terreau».

 

Dans un long texte publié sur sa page Facebook, l'ex-garde des Sceaux dénonce «ceux qui font commerce de la peur, de l'angoisse, de la douleur d'autrui et vocifèrent sans respect des larmes», en privilégiant «leurs intérêts partisans ou leur impatience à s'emparer du pouvoir d'État», en allusion aux déclarations de plusieurs élus de droite. 

 

«Ressasser des poncifs sur les décisions de justice, prises en indépendance par des magistrats dans notre État de droit; gloser sur les effets de la prison lorsqu'aucun des tueurs du 13 novembre, ni celui du 14 juillet, n'avait d'antécédents carcéraux; rabâcher les sempiternelles récriminations fondées sur de seules motivations partisanes, c'est s'obstiner à déguiser la réalité, se réfugier derrière des incongruités confortables, se satisfaire de facilités aberrantes, se situer en deçà des nécessités régaliennes, et finalement nous exposer durablement au danger», écrit Christiane Taubira.

 

L'ex-ministre plaide que le «besoin de sûreté, ce droit imprescriptible», inclut la «préservation de nos libertés individuelles et publiques». «Il convient de les organiser, pas de les opposer. Il revient à la puissance publique de trouver, et ce n'est pas simple, la souplesse qui permette d'ajuster le dispositif de sécurité aux multiples formes des attaques, dans la proportionnalité qu'exige l'État de droit, campé sur ses institutions solides», poursuit-elle. Elle en appelle aussi à «gagner la bataille du recrutement».

 

Le FN dénonce «les leçons» de «la reine du laxisme» 

Cette bataille «n'est pas exclusive de l'action militaire ciblée sur les arsenaux et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 il y a 5 mois

    Le problème Mme Taubira, vient il de «ceux qui font commerce de la peur» ou «ceux qui font commerce de la mort»? Ces derniers ne semblent pas beaucoup vous contrarier.

  • kpm745 il y a 5 mois

    Elle défend ses semblables

  • sibile il y a 5 mois

    qu'elle aille dire ça aux familles des victimes !!

  • surfer1 il y a 5 mois

    Un peu de décence Madame Taubira !

  • janaliz il y a 5 mois

    C'est quoi ton bilan ! La honte !

  • bearnhar il y a 5 mois

    Je pensais que c'était grace à elle que le procès Boulin avait été réouvert, mais meme pas, c'est grace à une avocate, cette ministre continuait donc à couvrir les affaires scandaleuses de la république, et il en reste un paquet d'autres, des décès suspects. Bérégovoy par exemple.

  • bearnhar il y a 5 mois

    Ca continue de croire à un sursaut de plus de gauche en 2017, il va falloir leur donner la leçon définitive et je vous met en garde, c'est au premier tour que ça va se jouer, n'attendez surtout pas le 2ème c'est ce qu'ils veulent. Déplacement en masse au premier. La présidentielle ne peut comporter qu'un seul tour, je rigolerai que ce soit plié dès le premier...

  • bearnhar il y a 5 mois

    Et le taux de chomage de 60% dans la préfecture Guyanaise, elle en pense quoi, son gouvernement a fait quoi ?

  • bearnhar il y a 5 mois

    Gloser sur les effets de la prison, comme nous glosons en effet, avec cette personne nous en sommes arrivés à 100 000 peines non exécutées/an. La prison ne dissuade pas, parce que les délinquants ne sont pas incarcérés et immédiatement, voilà pourquoi madame ! Parce que le primo délit n'est pas réprimé, voilà comment on se retrouve avec des multirécidivistes.

  • bearnhar il y a 5 mois

    Pour elle, des décisions de justice laxistes (tueur de Mangnanville passible de 10ans qui ne rpend que 30 mois, par exemple), ne sont que des " poncifs ", les familles de victimes jugeront la haute teneur de ce jugement. Elle peut jouer de son érudition, mais l'érudition n'est pas un gage de bon sens. Et dire qu'elle n'est pas allée au bout de ce qu'elle comptait faire, aménagement des peines de moins de 5ans...Déjà nous avons la loi Dati, celles de 2ans, et ils vont au-delà.