Attentats : pour sa famille, Hasna Aït Boulahcen est une "victime des terroristes"

le
1
Hasna Aït Boulahcen est morte asphyxiée lors de l'assaut de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 18 novembre.
Hasna Aït Boulahcen est morte asphyxiée lors de l'assaut de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 18 novembre.

Peut-on considérer Hasna Aït Boulahcen comme une victime des terroristes ? Pire, peut-on la mettre au même niveau que les victimes du Bataclan ? C'est en tout cas la thèse défendue par Fabien Ndoumou, l'avocat de la famille de la jeune femme qui a été tuée lors de l'assaut lancé par la police le 18 novembre dernier à Saint-Denis.

"Hasna Aït Boulahcen est morte à la suite d'un attentat terroriste comme les autres victimes du Bataclan. Elle n'est ni une terroriste, ni une complice, ni une kamikaze. Elle a donc le statut de victime. Elle n'a jamais joué un rôle actif dans cette affaire, elle n'a jamais eu de contact avec la Syrie", explique-t-il à Francetv info tout en annonçant son intention de porter plainte contre X avec constitution de partie civile auprès du juge antiterroriste Christophe Teissier.

Sous la menace

Pourtant, des éléments concrets semblent accabler la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, le cerveau des attentats de Paris. En effet, elle aurait eu un rôle actif dans l'orchestration des attentats : ce serait notamment elle qui aurait trouvé la planque par l'intermédiaire du logeur Jawad Bendaoud et qui y aurait conduit son cousin en toute discrétion après les événements du 13 novembre. Mais pour Me Fabien Ndoumou, Hasna Aït Boulahcen a agi sous la menace et la pression d'Abdelhamid Abaaoud qui l'aurait menacée de "tuer les membres de (sa) famille et les enfants de (ses) amis".

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a 11 mois

    Le point de vue de la famille de cette terroriste ne présente aucun intérêt et Le Point ne sort pas grandi à la présenter comme victime. Tous les terroristes sont des victimes si l'on veut. Il ne faut pas oublier le libre arbitre de l'individu, une notion profondément chrétienne peu en vogue de nos jours de victimisation tous azimuts.