Attentats : les Parisiens veulent apprendre les gestes "qui sauvent"

le
0
Des séances d'initiation de deux heures, gratuites, pour apprendre aux citoyens à prodiguer des gestes de première urgence
Des séances d'initiation de deux heures, gratuites, pour apprendre aux citoyens à prodiguer des gestes de première urgence

Finies les traditionnelles leçons de secourisme. Oubliez l'enseignement de la position latérale de sécurité ou le traditionnel bouche-à-bouche. Après le traumatisme des attentats de novembre, les Parisiens veulent apprendre les « vrais » gestes qui sauvent, ceux qu'on n'oublie pas aussitôt la formation terminée, que l'on peut réaliser en un temps record et dans les situations extrêmes. « Comment peut-on vous aider ? C'est la question que nous avons le plus entendue alors que nous intervenions en pleine rue », explique au Monde.fr le commandant Gabriel Plus, porte-parole de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP).

Combien de Parisiens, en effet, se sont improvisés pendant les attentats brancardiers, infirmiers, psychologues ? « Cela nous a révélé deux choses, poursuit Gabriel Plus : que le citoyen était prêt à nous aider, surtout dans les précieuses minutes qui précèdent l'arrivée des secours. Mais qu'il fallait le préparer à faire des gestes qui n'avaient rien de quotidien. Nous ne sommes pas dans la gestion d'un évanouissement ou d'une brûlure de friteuse... »

Deux heures d'initiation

Lancées le 16 janvier dans six casernes parisiennes, à raison de deux sessions de quinze participants chaque samedi après-midi, des séances d'initiation de deux heures, gratuites, ont été mises en place par le général Philippe Boutinaud, chef de la brigade des sapeurs-pompiers...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant