Attentats : Lellouche contre "l'autoflagellation"

le
0
Pierre Lellouche pointe du doigt le poison du wahhabisme qui s'est diffusé en France via les financements venus d'Arabie saoudite et du Qatar. 
Pierre Lellouche pointe du doigt le poison du wahhabisme qui s'est diffusé en France via les financements venus d'Arabie saoudite et du Qatar. 

L'autoflagellation, très peu pour lui : le député Pierre Lellouche (Les Républicains) « ne pense pas que du bien » de l'analyse selon laquelle la France a une part de responsabilité dans l'éclosion du djihadisme en son propre sein. Une analyse notamment défendue par Emmanuel Macron. Samedi, le ministre de l'Économie avait déclaré : « Nous avons progressivement abîmé cet élitisme ouvert républicain qui permettait à chacune et à chacun de progresser. » Et de conclure : « Je ne suis pas en train de dire que tous ces éléments sont la cause première du djihadisme. C'est la folie des hommes, et l'esprit totalitaire et manipulateur de quelques-uns. Mais il y a un terreau, ce terreau est notre responsabilité. »Interrogé sur ces propos, Pierre Lellouche s'est inscrit en faux : « Je n'en pense pas que du bien, parce que je pense que notre République est extrêmement généreuse. Notre République accueille, elle soigne gratuitement, elle éduque gratuitement, elle loge souvent dans des conditions très favorables », a-t-il réagi sur France Inter. « C'est vrai que la France a un marché du travail très fermé, et qu'il est difficile de concilier l'ouverture toute grande à l'immigration - ce que nous faisons puisque nous accueillons 200 000 à 300 000 personnes par an - tout en ayant un marché du travail fermé », a concédé M. Lellouche. « Mais il est fermé pour tout le monde. Il est fermé aussi pour, entre guillemets, les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant