Attentats-Le quartier de Molenbeek à Bruxelles pointé du doigt

le
0

par Robert-Jan Bartunek et Barbara Lewis BRUXELLES, 15 novembre (Reuters) - Les attentats sanglants commis vendredi soir à Paris ont une nouvelle fois jeté une lumière crue sur le quartier défavorisé de Molenbeek à Bruxelles, qui apparaît de plus en plus comme un creuset servant de base arrière à certains terroristes. Deux des tueurs responsables des attaques menées à Paris étaient des ressortissants français vivant en Belgique, l'un dans la commune centrale de la capitale belge, qui a donné son nom à Bruxelles, et l'autre à Molenbeek. Le Premier ministre belge Charles Michel a reconnu que son pays devait faire plus pour lutter contre la radicalisation et a admis que les liens existants entre certains habitants de Molenbeek, une commune à forte majorité immigrée, et l'extrémisme violent constituaient "un problème gigantesque". Au total, sept personnes ont été interpellées en Belgique dans le cadre d'une coopération entre la police belge et les autorités françaises dans l'enquête sur les attentats parisiens.( ID:nL8N13A0S0 ) "Je ne veux aucun prédicateur de haine sur le sol belge. Il n'y a pas de place pour eux en Belgique", a déclaré Charles Michel dans un message sur le réseau social Twitter. Le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, un nationaliste flamand, a promis de "s'occuper personnellement" de Molenbeek. Des responsables des services de sécurité ont confirmé qu'Amedy Coulibaly, l'auteur de l'attaque contre l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes le 9 janvier, s'était procuré ses armes dans ce quartier. C'est également là qu'Ayoub El Khazzani, un Marocain de 25 ans, s'était fourni en armes d'assaut avant de mener une attaque contre un train Thalys reliant Bruxelles à Paris le 21 août, faisant deux blessés. Le jeune homme avait été maîtrisé par l'intervention de passagers. Un complot déjoué en janvier par la police belge lors d'une intervention qui s'est soldée par la mort de deux hommes à Verviers avait également des liens avec Molenbeek. DIVISIONS ENTRE FLAMANDS ET WALLONS C'est toujours dans ce quartier qu'avait ses habitudes Mehdi Nemmouche, auteur de la tuerie du musée juif de Bruxelles le 24 mai 2014. Quatre personnes avaient été abattues par cet homme d'origine algérienne armé d'un pistolet et d'un fusil d'assaut. Enfin, c'est de Molenbeek qu'était originaire un ressortissant marocain appartenant au groupe terroriste qui avait mené les attentats commis contre des trains de banlieue à Madrid le 11 mars 2004, faisant 191 morts, soit l'attaque la plus meurtrière commise sur le sol européen. Sur une population de 11 millions d'habitants, la Belgique compte une communauté musulmane d'environ 500.000 membres. L'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) souhaitant éviter toute confusion entre le terrorisme djihadiste et l'islam, a déclaré: "dans ces circonstances dramatiques, nous appelons à un front uni contre ces actes de barbarie". Les experts internationaux en sécurité estiment que la situation de la Belgique avec une structure politique et étatique fragmentée entre Flamands et Wallons, une histoire ancienne de marché des armes et une forte communauté musulmane est un terreau fertile pour l'extrémisme violent. Flamand, Jan Jambon a mis en avant les succès obtenues dans le lutte contre les groupes islamistes radicaux à Anvers et dans d'autres villes de Flandre. Pour lui, seuls Bruxelles et en particulier Molenbeek, ancien fief du parti socialiste, demeurent un problème dans la lutte contre le terrorisme. Le Premier ministre Charles Michel estime que la situation géographique centrale de son pays, ainsi que sa petite taille, favorisaient les déplacements de personnes animées "d'intentions violentes". Le chef du gouvernement belge admet toutefois qu'il est toujours possible qu'un jeune, revenant du Moyen-Orient où il a appris le maniement des armes et des explosifs, puisse "passer entre les mailles du filet". (Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant