Attentats-Le porteur du passeport syrien passé par la Serbie

le
0

(Actualisé avec précisions, contexte) par Ivana Sekularac et Igor Ilic BELGRADE/ZAGREB, 15 novembre (Reuters) - Le détenteur du passeport syrien découvert près du corps d'un des auteurs des attentats de Paris a été enregistré en tant que réfugié dans plusieurs pays européens le mois dernier, ont annoncé les autorités. L'homme, identifié par les autorités serbes sous ses seules initiales A.A., est entré en Europe par l'île grecque de Leros où il a été enregisté le 3 octobre, ont annoncé samedi les autorités grecques. Il faisait partie d'un groupe de 70 réfugiés arrivés de Turquie à bord d'une petite embarcation. Dimanche, les autorité serbes ont indiqué que le même homme avait été enregistré quelques jours plus tard à un poste frontière entre la Macédoine et la Serbie. "L'un des terroristes présumés, A. A., auquel s'intéressent les services de renseignement français, a été enregistré le 7 octobre de cette année au poste de douane de Presevo où il a formellement demandé l'asile", a déclaré le ministère serbe de l'Intérieur dans un communiqué. "Des vérifications ont permis de confirmer qu'il s'agit de la personne ayant été identifiée en Grèce le 3 octobre. Il n'y avait pas de mandat d'arrêt d'Interpol à l'encontre de cette personne", ajoute le ministère. L'homme a été enregistré le 8 octobre dans le camp d'Opatovac en Croatie, a déclaré une porte-parole du ministère croate de l'Intérieur. De là, il est passé en Hongrie, puis en Autriche. "Il n'y avait pas de signalement (de police) à son sujet à l'époque de son enregistrement et il n'y avait aucune raison pour nous de l'arrêter en aucune façon", a déclaré la porte-parole. L'affirmation selon laquelle le suspect est passé par l'Autriche n'est pas fondée, a déclaré Karl-Heinz Grundböck, un porte-parole du ministère autrichien de l'Intérieur. PEUT-ÊTRE UN FAUX "Selon les dernières informations disponibles, ce ne sont que des conjectures et des spéculations", a-t-il déclaré. De source gouvernementale grecque, on indiquait samedi soir qu'un second suspect était sans doute lui aussi passé par la Grèce, en précisant qu'une enquête était toujours en cours. Les papiers d'identité et les empreintes digitales vont devoir être comparés avec les restes des assaillants pour établir s'ils sont bien passés par la Grèce en se faisant passer pour des réfugiés. Il se peut qu'ils aient aussi volé ou acheté leurs passeports en chemin. A la suite de ces informations, des voix se sont fait entendre pour faire un parallèle entre ces violences et l'accueil de réfugiés musulmans. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé les pays de l'Union européenne à ne pas s'abandonner à des réactions basiques après les attentats de Paris, parce que les tireurs étaient des criminels, pas des demandeurs d'asile. ID:nL8N13A0JN Le directeur des situations d'urgence de Human Rights Watch (HRW), Peter Bouckaert, a déclaré sur Twitter que le passeport syrien découvert pourrait avoir été un faux. Il précise que les papiers de ce genre sont facilement disponibles à la vente en Turquie. "La réponse aux attentats de Paris et à la possibilité qu'un des assaillants soit venu par canot pneumatique en Grèce (...) n'est pas de fermer la porte aux désespérés qui fuient la guerre", a déclaré Peter Bouckaert. L'Europe doit mettre en place une politique d'asile cohérente qui aide à la fois ceux qui en ont besoin et réponde aux conditions de sécurité nécessaires, fait-il valoir. "Les gens qui fuient la guerre ont besoin d'un refuge. Et essayer de construire des clôtures et de les arrêter en mer ne fait que les plonger plus profondément dans les mains des bandes criminelles et les conduire dans la clandestinité où il n'y a pas de contrôle sur qui entre et qui sort." (Avec Karin Strohecker à Vienne et Yara Bayoumy à Beyrouth; Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant