Attentats : le difficile parcours pour être indemnisé

le
0
Attentats : le difficile parcours pour être indemnisé
Attentats : le difficile parcours pour être indemnisé

Le deuil à peine commencé et les plaies pas encore cicatrisées, les victimes de l'attentat de Nice et leurs proches vont devoir se lancer dans un long processus d'indemnisation.

 

Qui peut prétendre à une indemnisation ?

 

Toutes les personnes victimes de l'attaque terroriste, qu'elles soient de nationalité françaises ou pas. C'est le ministère de la Justice qui dresse la liste des victimes sur la base notamment de certificats médicaux ou de dépôts de plainte. A l'heure actuelle, les familles des 84 personnes décédées peuvent prétendre à une indemnisation. Même chose pour les personnes blessées, près de 300 à ce jour. En revanche, le parcours va se révéler plus compliqué pour les victimes dites « psychologiques » : « Nous sommes dans une configuration inédite, où potentiellement ce sont les 30 000 personnes qui ont assisté au feu d'artifice sur la promenade des Anglais qui sont concernées, décrypte Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fenvac (Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs). Le chiffre est important, néanmoins il ne faudrait pas que des victimes qui souffrent d'un choc post-traumatique plusieurs mois après l'attaque, ne soient pas indemnisées parce qu'elles ne peuvent pas apporter la preuve de leur présence sur les lieux de l'attentat. Il faut un processus clair d'identification des victimes ».

 

Comment être indemnisé ?

 

C'est le FGTI, Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme créé en 1985 qui en a la charge. Pour le joindre et ouvrir un dossier, le secrétaire d'Etat en charge de l'Aide aux victimes met en place aujourd'hui un numéro de téléphone (01.43.98.87.67) et une adresse mail (victimes14juillet2016@fga.fr). L'indemnisation se fait au cas par cas. Elle tient compte de la gravité des blessures, du traumatisme psychologique, esthétique, sexuel, etc. Pour le préjudice d'affection, les proches des victimes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant