Attentats: enquête après la publication d'un témoignage-clé

le
1
ENQUÊTE APRÈS LA PUBLICATION D'UN TÉMOIGNAGE-CLÉ DES ATTENTATS PAR "VALEURS ACTUELLES"
ENQUÊTE APRÈS LA PUBLICATION D'UN TÉMOIGNAGE-CLÉ DES ATTENTATS PAR "VALEURS ACTUELLES"

PARIS (Reuters) - Le parquet de Paris a ouvert vendredi une enquête préliminaire sur la diffusion, par l'hebdomadaire "Valeurs Actuelles", d'extraits de l'audition du témoin qui a permis de retrouver Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats du 13 novembre, a-t-on appris de source judiciaire.

Le Belge d'origine marocaine a été tué lors d'un assaut des forces de l'ordre, mercredi dernier à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Selon les propos du témoin rapportés par Valeurs Actuelles, et dont l'authenticité a été confirmée à Reuters par deux sources, policière et proche de l'enquête, Abaaoud se serait vanté, le dimanche 15 novembre, d'être sur le sol français depuis "deux mois".

Moquant François Hollande, il aurait dit avoir profité du flux de réfugiés pour rejoindre l'Europe. Et d'ajouter : "La France, zéro."

A cette date, Abdelhamid Abaaoud a pu se trouver entre La Courneuve et Aubervilliers, d'après le procureur de Paris François Molins. Il se terre alors dans une planque avec un autre homme, selon Valeurs Actuelles.

Il sera récupéré deux jours plus tard par sa cousine, Hasna Ait Boulahcen, tuée à ses côtés lors de l'assaut, dans une rue d'Aubervilliers où il l'attendait "dissimulé derrière un buisson" avec un homme non identifié, a indiqué François Molins.

D'après les propos du témoin, Abaaoud aurait aussi prévenu que d'autres attentats étaient en préparation, "qu'ils feraient pire dans les quartiers proches des juifs, et qu'ils feraient diversion dans les transports et les écoles".

Lors d'une conférence de presse le 18 novembre, François Molins a indiqué qu'un témoignage déterminant, recueilli deux jours plus tôt et évoquant la présence d'Abaaoud en France, avait permis aux enquêteurs de retrouver sa trace.

L'article 38 du droit de la presse interdit la publication d'actes d'accusation et tous actes de procédure "avant qu'ils aient été lus en audience publique".

C'est sur cette base que le parquet a ouvert une enquête, plusieurs extraits du procès-verbal d'audition du témoin ayant été reproduits dans l'hebdomadaire de droite.

Si Valeurs Actuelles est poursuivi pour violation de cet article de loi, il pourrait encourir jusqu'à 3.750 euros d'amende.

(Chine Labbé et Gérard Bon, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 081167 le vendredi 27 nov 2015 à 16:23

    Ce n'est pas avec une amende de3750 euros que cela va empêcher la presse de diffuser ce genre de témoignage car les gens vont acheter le journal pour le lire et tout les autres journaux reprennent l'article.Parfois les peines encourues sont trop faibles ce qui n'est nullement dissuasif quand c'est une affaire de gros sous....