Attentats du 13 novembre : la religion cristallise les passions

le , mis à jour à 09:31
1
Attentats du 13 novembre : la religion cristallise les passions
Attentats du 13 novembre : la religion cristallise les passions

Crèche de Noël à la mairie, burkini, menu halal à la cantine, voile à l'université... Pas une semaine ne se passe dans la France laïque sans qu'une polémique occupe brutalement le devant de la scène publique, politique et cathodique.

 

Des controverses symptomatiques des tensions qui fracturent notre société et qui se sont accentuées depuis les attentats du 13 Novembre.

 

La religion s'est ainsi invitée au cœur des débats. « Aujourd'hui, c'est un sujet parfaitement central qui cristallise toutes les passions alors que la France fait face à des difficultés économiques et sociales. Il y a dans notre pays un problème très français à penser le religieux, puisque la République s'est construite contre le religieux, par son rejet massif. Alors, dès qu'il fait irruption, ça crée un malaise », décrypte Anastasia Colosimo, enseignante en théologie politique à Sciences-po Paris.

 

« La France s'est aussi construite autour d'un régime républicain et laïc qui ignorait les communautés. Or, le retour de la question religieuse, c'est le retour des communautés, d'où les crispations », poursuit l'auteur du livre « les Bûchers de la liberté » (Stock). « La religion, qui appartient en principe à la sphère privée, a pris beaucoup de place dans la sphère publique, à travers, notamment, les discours des politiques qui souhaitent diviser », dénonce Abdallah Zekri, vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM).

 

Pédagogie contre amalgames

 

Face à une société troublée par l'islam, les imams, sommés par l'opinion publique de s'expliquer, sont venus faire preuve de pédagogie et de transparence sur les plateaux de télévision, rappelant que la barbarie djihadiste n'avait rien à voir avec leur foi. Des fidèles sont sortis de leur réserve « pour dire ce qu'est vraiment l'islam », selon Tareq Oubrou, « l'imam de Bordeaux ». Cela n'a pas empêché les amalgames, les vagues d'actes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sarestal il y a 3 semaines

    il n' a pas de problème avec la religion en fr sauf si on parle de la secte mortifère.