Attentats de Paris : les confidences meurtrières d'Abaaoud

le
0
Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats du 13 novembre, à Paris.
Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats du 13 novembre, à Paris.

Le 17 novembre, quatre jours après les attentats de Paris, Hasna Aïtboulahcen est accompagnée d'une amie lorsqu'elle va récupérer son cousin Abdelhamid Abaaoud, vers 21 h 30, dans un buisson rue des Bergeries à Aubervilliers. Les deux femmes se sont connues un mois plus tôt alors que Hasna rentrait d'un séjour de plusieurs mois au Maroc. C'est dans le pays de ses parents, a-t-elle confié à son amie, qu'elle a rencontré un salafiste qui lui a promis la Syrie en guise de voyage de noces.

Mais ce 17 novembre, l'heure n'est plus aux discussions de filles. Grâce aux 750 euros qu'elle a reçus de Bruxelles via Western Union, Hasna a décidé de venir en aide à Abaaoud, avec lequel elle a renoué contact en avril grâce à Facebook. Pour arriver à ses fins, elle « réquisitionne » un taxi durant plusieurs heures. Durant le trajet, la jeune femme est guidée au téléphone par un complice de l'État islamique qui réside en Belgique. Quand Abaaoud sort du bois ? avec un acolyte non-identifié ?, il se dissimule sous un bob de couleur crème et chausse des baskets orange. Sous son blouson apparaît du matériel susceptible d'être des armes ou des explosifs.

Une centaine d'autres « frères » prêts à passer à l'action en France

Devant sa cousine, Abaaoud se laisse aller à quelques confidences : il est bien à l'origine des attentats, précisant qu'il s'est lui-même déplacé pour les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant